Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 11.05.2012 08h49
L'absence de Poutine au G8 ne signifie pas une réticence à faire face aux critiques occidentales (Kremlin)

Le Kremlin a rejeté jeudi les allégations selon lesquelles le président russe Vladimir Poutine ne participerait pas au sommet du G8 parce qu'il serait réticent à faire face aux critiques de l'Occident.

"Je ne pense pas que Poutine ait peur de quoi que ce soit. C'est ridicule", a indiqué aux journalistes l'assistant du président, Arkadi Dvorkovitch.

Mercredi, M. Poutine a déclaré au président américain Barack Obama dans une conversation téléphonique qu'il ne pourrait pas personnellement participer au sommet du G8, en raison d'un agenda interne chargé.

Le nouveau Premier ministre russe Dmitri Medvedev, qui vient de remettre les pouvoirs présidentiels à M. Poutine, participera à sa place au sommet du G8, que le président américain Barack Obama présidera les 18 et 19 mai à Camp David dans le Maryland, aux Etats-Unis.

La participation de M. Medvedev signifie que "la politique étrangère russe est cohérente", a déclaré jeudi la porte-parole du Kremlin Natalia Timakova.

"Le renforcement de nos relations avec nos partenaires se poursuivra. Pendant le mandat présidentiel de M. Medvedev, les relations Russie-Etats-Unis ont connu des progrès notables, et les travaux engagés dans cette direction se poursuivront", a-t-elle ajouté.

MM. Poutine et Obama ont convenu de se rencontrer en marge du sommet du G20, qui aura lieu fin juin au Mexique, a annoncé le Kremlin.

M. Poutine avait initialement prévu de participer au sommet de Camp David. Sa décision de ne pas se rendre dans le Maryland jette une ombre sur l'avenir des relations russo-américaines du fait que M. Poutine, jadis souvent critique de Washington, entame son troisième mandat en tant que président russe.

En dépit des progrès évoqués par les deux dirigeants, Washington et Moscou restent en désaccord sur de nombreuses questions, dont le système de défense antimissile américain en Europe. La semaine dernière, la Russie a déclaré que les négociations avec les Etats-Unis sur ce dossier étaient entrées dans l'impasse, mais qu'il restait tout de même des chances qu'un accord soit trouvé.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Chine : une ineptie dont il est nécessaire de se débarasser dans l'obention de « diplômes supérieurs fallacieux »
Une nouvelle dynamique pour les relations Chine-UE
La Chine s'engage à doubler le volume de son commerce avec l'Europe de l'Est et Orientale