Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 18.04.2012 08h13
France/présidentielle : Hollande ne reconnaît pas l'exposition de la France à la crise de l'euro

Le candidat du Parti socialiste à l'élection présidentielle française, François Hollande, a affirmé mardi que la France "n'est pas aujourd'hui exposée" à la crise de l'euro.

"Non, la crise (de l' ) euro n' est pas terminée (...) mais la France n' est pas aujourd' hui exposée", a déclaré M. Hollande au micro de RTL.

"Ne laissons pas croire qu' elle pourrait être attaquée car ce serait la meilleure façon d' alimenter en définitive les anticipations", a souligné le candidat socialiste.

M. Hollande a invité les Français à "faire leur choix en sérénité" aux urnes, signalant que "le prochain président de la République aura à régler les question qui n' ont pas été solutionnées par le précédent, c' est-à-dire la dette, les déficits, la croissance", et relevant que "c' est la raison pour laquelle j' ai été clair sur les disciplines et en même temps j' ai dit aussi que la croissance devait être mise au coeur de l' orientation de l' Europe".

"Nous sommes capables de maîtriser la finance et nous ne sommes pas soumis à un ordre qui viendrait de l' extérieur", a insisté M. Hollande, affirmant que "nous avons les moyens de nous défendre".

Le président sortant et candidat à sa réélection, Nicolas Sarkozy, principal rival de François Hollande à l' élection présidentielle, n' a de cesse ces derniers temps de prédire à la France une situation à la grecque ou à l' espagnole si le candidat socialiste est élu à l'Elysée, tout en disant que le programme de François Hollande, en cas de victoire, alimenterait la spéculation sur les marchés et provoquerait une "une crise de confiance massive" dans la zone euro.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Présidentielle française 2012 : qui sera le gagnant ?
Un « plus grand rôle » pour les économies émergentes
Assistance à l'Afrique pour qu'il puisse y naître un « mécanisme producteur du sang »