Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 09.04.2012 09h10
L'opposition bahreïnie condamne les violences dans le pays

Le plus grand parti d'opposition bahreïni, Al-Wefaq, a condamné dimanche les actes violents visant à endommager des biens publics et privés qui sont commis de plus en plus fréquemment dans le pays.

Cette condamnation fait suite aux incidents survenus la veille. Samedi, des assaillants ont mis le feu à un bus de transports en commun dans le village de Jidhafs, et peu de temps après, un minibus privé a été incendié dans une autre région sur une route très fréquentée, provoquant des embouteillages.

"Al-Wefaq condamne les actes de dégradation des biens publics et privés, quelles que puissent être les justifications données et quels qu'en soient les auteurs. Nous continuons à souligner notre attachement à des méthodes pacifiques", a indiqué le parti d'opposition.

L'Assemblée de l'unité nationale (AUN), groupe pro-gouvernemental, a également dénoncé l'escalade de la violence dans les rues. "Nous tenons les forces politiques responsables du fait de leur soutien à ces manifestants qui commettent des actes criminels qui affectent l'économie et la vie des habitants", a déclaré l'AUN.

Les manifestants anti-gouvernementaux ont multiplié les actions durant les semaines passées alors que Bahreïn s'apprête à accueillir du 20 au 22 avril son Grand Prix de Formule 1, un événement important pour l'économie nationale.

Les manifestants réclament, entre autres, la libération du militant de nationalité danoise Abdalhadli al-Khawaja, qui, selon sa famille, est en grève de la faim depuis plus de 55 jours. Accusé d'avoir tenté de renverser le régime, il a été arrêté en 2011 et condamné à une peine d'emprisonnement à vie.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Les Etats-Unis sont responsables de la hausse des dépenses militaires en Asie
L'aide aux pays en développement victime de la récession mondiale
Position ferme sur les prix des maisons