Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 06.04.2012 08h24
France : 10 interpellations lors d'une nouvelle opération policière visant les milieux islamistes radicaux

La police française a lancé mercredi matin une nouvelle opération visant les milieux islamistes radicaux dans plusieurs villes du pays, opération au cours de laquelle dix personnes ont été interpellées, ont indiqué des sources policières.

L'opération, menée par les services de la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI) avec l'appui du Raid et du Groupement d'intervention de la police nationale (GIPN) a permis l'arrestation de 10 personnes, dont trois à Roubaix (nord), deux à Marseille (sud), deux à Valence (sud-est), deux à Pau (sud-ouest) et une à Carpentras (sud).

Cette opération prend pour cibles des personnes susceptibles de s'être rendues en Afghanistan ou au Pakistan ou d'avoir l'intention de s'y rendre pour mener le djihad, ont indiqué des sources proches de l'enquête.

Les personnes interpellées, dont certains présentent des profils similaires à celui de Mohamed Merah, l'auteur des tueries de Montauban et de Toulouse, ont été repérées sur des forums islamistes sur internet, selon des sources policières.

"Il n'y a pas d'appartenance à un réseau. Ce sont des individus isolés avec pour la plupart un profil à la Mohamed Merah", a fait savoir une source policière.

Mohamed Merah, 23 ans, qui se revendiquait d'Al-Qaïda, avait tué sept personnes à Toulouse et Montauban les 11, 15 et 19 mars, avant d'être abattu par la police d'élite le 22 mars. Il est présenté comme un petit délinquant qui s'était radicalisé seul.

Après l'affaire Merah, la police française a multiplié les actions contre les milieux islamistes radicaux sur le territoire français.

Cette nouvelle opération survient quelques jours seulement après une autre opération menée dans les milieux islamistes radicaux qui a conduit à l'interpellation de 19 personnes et à la saisie d'armes de guerre.

Le 29 mars, le gouvernement français a prononcé une interdiction d'entrée sur le territoire à l'encontre de quatre prédicateurs étrangers invités au Congrès de l'Union des organisations islamiques de France (UOIF) prévu du 6 au 9 avril.

Le lendemain, un coup de filet a été mené par la police dans les milieux islamistes, conduisant à l'interpellation de membres du groupuscule salafiste Forsane Alizza, parmi lesquels 13 ont été mis en examen mardi pour "détention d'armes et association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste" et 9 ont été écroués.

Enfin, le ministre français de l'Intérieur, Claude Guéant, a ordonné lundi l'expulsion de trois imams radicaux et deux militants islamistes étrangers "pour atteinte aux intérêts fondamentaux de l'Etat".

Le candidat du Parti socialiste à la présidentielle, François Hollande, a réagi mercredi matin à ces opérations en cours depuis une semaine.

"S'il y a des soupçons, s'il y a des risques, ils doivent être conjurés", a-t-il déclaré au micro de la radio RTL.

"Je ne mets pas en cause du tout ce qui se fait. Ce que je dis simplement c'est que nous aurions dû, pu, peut-être, faire davantage avant", a-t-il conclu.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Position ferme sur les prix des maisons
BRICS : la nouvelle voix mondiale
Tuerie en série en France : un cas grave qui donne matière à de profondes réflexions