Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 05.04.2012 13h17
France: décès inexpliqué à New York du directeur de Sciences Po Paris

Le corps du directeur du prestigieux Institut d'études politiques (IEP) de Paris ou Sciences Po Paris, Richard Descoings, a été découvert sans vie mardi dans la chambre d'un hôtel de luxe new-yorkais, ont rapporté mercredi les médias français.

La mort de M. Descoings à l'âge de 53 ans est encore inexpliquée, même si aucun "signe évident de traumatisme" n'a été relevé par la police de New York, qui a ouvert mardi soir une enquête à ce sujet.

Cette figure réputée du milieu universitaire français devait participer mardi matin à une conférence réunissant à Columbia les représentants des grandes universités du monde entier sous l'égide du secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon.

Ayant dirigé Sciences Po Paris depuis 1996, M. Descoings a profondément changé cet établissement spécialisé en sciences humaines, qui forme une partie des élites de l'Hexagone, notamment en initiant une politique d'ouverture aux élèves originaires des quartiers défavorisés de France ou encore en créant six campus en province.

Il a, en outre, été chargé en 2008 de la rédaction de propositions de réforme pour les lycées par le président français Nicolas Sarkozy, qui a salué mercredi "un grand serviteur de l'Etat".

Le porte-parole du gouvernement français, Valérie Pécresse, a également salué la mémoire de M. Descoings, "un homme engagé et brillant", qui "avait fait de Sciences-Po le laboratoire de toutes les innovations".

Le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, et le président de l'université new-yorkaise de Columbia - où était attendu M. Descoings mardi matin - se sont dits "profondément attristés" par la disparition d'un "leader mondial dans le domaine de la politique éducative, reconnu et honoré en France et dans le monde".

L'ensemble de la classe politique française - gauche et droite confondues - a rendu hommage mercredi à ce fervent partisan d'une éducation plus moderne et moins élitiste, dont les idées, comme la suppression de l'épreuve de culture générale jugée "discriminatoire" au concours d'entrée à Sciences Po, ne faisaient pourtant pas toujours l'unanimité de son vivant.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Position ferme sur les prix des maisons
BRICS : la nouvelle voix mondiale
Tuerie en série en France : un cas grave qui donne matière à de profondes réflexions