Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 08.03.2012 13h23
Le chef du Pentagone met en garde contre une action militaire unilatérale contre la Syrie

Le secrétaire à la Défense des États-Unis Leon Panetta a déclaré mercredi que ce serait une erreur de la part des États-Unis d'entreprendre une action militaire unilatérale contre la Syrie.

« Nous passons en revue toutes les mesures supplémentaires qui pourraient être prises avec nos partenaires internationaux pour soutenir les efforts pour protéger la population syrienne, mettre fin aux violences, et assure la stabilité régionale, y compris les options militaires éventuelles si nécessaire », a déclaré M. Panetta lors de son audience devant la commission des forces armées du Sénat.

Même si nous ne voulons exclure aucune action, l'administration se concentre actuellement sur les approches diplomatiques et politiques plutôt que sur une intervention militaire », a-t-il dit. « Agir de manière unilatérale serait une erreur de notre part ».

Par ces propos, il a fait écho au président Barack Obama qui a rejeté l'idée d'une action militaire unilatérale contre la Syrie lors d'une conférence de presse mardi à la Maison Blanche.

« L'idée que nous entreprendrons une action militaire unilatéralement, comme certains l'ont suggéré, ou l'idée que ce serait une solution simple, est à mon avis une erreur », a déclaré le président.

Rejetant tout parallèle avec la Libye, où les raids aériens de l'OTAN ont aidé l'opposition à renverser Mouammar Kadhafi et son gouvernement, M. Obama a noté que dans ce dernier cas les États-Unis et leurs alliés avaient mobilisé la communauté internationale, obtenu un mandat du Conseil de sécurité de l'ONU, et disposé de « la pleine coopération » des pays arabes.

Il a qualifié la situation en Syrie de « beaucoup plus compliquée », indiquant que Washington continuerait de travailler avec les principaux pays arabes et avec ses principaux partenaires internationaux pour une résolution du conflit syrien.

Le président du conseil d'état-major interarmées des États- Unis, Martin Dempsey, a évoqué la possibilité d'une zone d' exclusion aérienne au-dessus de la Syrie.

Parmi les options militaires figurent l'application d'une zone d'exclusion aérienne et l'apport d'une aide humanitaire, a-t- il déclaré mercredi lors de cette même audience.

Toutefois, la Maison Blanche a indiqué que les propos de M. Dempsey ne reflétaient pas sa politique.

« D'après ce que je comprends de ses propos tels que vous me les avez rapportés, il s'agissait d'une explication des possibilités logistiques existantes, et non d'une déclaration sur la politique que nous poursuivons actuellement », a déclaré aux journalistes l'attaché de presse de la Maison Blanche Jay Carney sur le trajet vers la ville de Charlotte en Caroline du Nord.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Sélection du Renminribao du 7 mars
Principales nouvelles du 7 mars
La Chine vote contre un prétexte pour la guerre
Même Poutine, mêmes vieilles politiques ?
Le rééquilibrage des relations extérieures de la Russie