Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 04.03.2012 10h20
Syrie: les corps des journalistes américain et français tués à Baba Amr remis aux diplomates de leurs pays

Les corps du photographe français Remi Ochlik et de la journaliste américaine Marie Colvin, tués la semaine dernière dans une attaque à la roquette sur le centre de presse à Baba Amr, un quartier de la province rebelle de Homs, ont été remis samedi par les autorités syriennes aux ambassades française et polonaise à Damas.

Les corps des deux journalises ont été envoyés plutôt dans la journée à l'hôpital d'Al-Assad à Damas.

Leurs corps ont été remis à l'ambassadeur français à Damas Eric Chevallier et à des représentants de l'ambassade polonaise à Damas par le Croissant-Rouge syrien et le Comité international de la Croix-Rouge, et le ministère syrien des Affaires étrangères.

La Pologne est chargée de fournir des services consulaires aux ressortissants américains en Syrie après la décision de Washington de fermer son ambassade à Damas le 5 février pour protester contre la répression contre les manifestants.

Les autorités syriennes avaient annoncé jeudi avoir retrouvé les corps des deux journalistes après l'entrée de l'armée à Baba Amr.

Un responsable du Croissant-Rouge syrien a déclaré à l'agence Chine Nouvelle que d'autres journalises blessés ont refusé d'être évacués par le Croissant-Rouge, ajoutant que l'aide humanitaire est arrivée vendredi à Homs et serait acheminée vers Baba Amr bientôt.

Homs, la bastion de la rébellion syrienne, était sous le bombardement de l'armée syrienne depuis près d'un mois. Les autorités affirmaient qu'elles combattent les groupes terroristes et les combattants d'Al-Qaïda qui se sont infiltrés dans cette région pour soutenir les rebelles.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Sélection du Renminribao du 3 mars
Les deux sessions de l'APN et de la CCPPC : ce qui nous préoccupe et nous intéresse le plus
Manille joue à nouveau les fauteurs de troubles
Se battre pour ses droits fait partie de la vie des affaires