Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 20.02.2012 13h47
Iran/nucléaire : les prochaines négociations avec le G5+1 auront lieu à Istanbul (ministre iranien)

Le ministre iranien des Affaires étrangères Ali-Akbar Salehi a indiqué dimanche que la prochaine série de discussions sur la question nucléaire entre l'Iran et les cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l'ONU plus l'Allemagne (G5+1) aurait lieu à Istanbul, en Turquie.

M. Salehi a fait cette annonce lors d'une conférence de presse conjointe avec son homologue nicaraguayen Samuel Santos à Téhéran, qui a été diffusée en direct par la chaîne iranienne par satellite Press TV.

Il n'a pas mentionné la date des négociations, mais a déclaré, dans une lettre à la chef de la diplomatie européenne Catherine Ashton, que le négociateur nucléaire en chef iranien Saïd Jalili avait fait part de la volonté de Téhéran de reprendre les pourparlers "dès que possible" et que l'Iran attendait la réponse du G5+1.

M. Salehi a déclaré que la République islamique "s'était préparée au pire" pour faire face aux menaces occidentales et il a exhorté les pays occidentaux à "choisir l'interaction avec l'Iran plutôt que la confrontation" concernant le programme nucléaire controversé du pays.

"Les pays occidentaux vont modifier leurs politiques à l'égard de l'Iran", a déclaré le chef de la diplomatie iranienne.

M. Salehi a par ailleurs réaffirmé la détermination de Téhéran à poursuivre son programme nucléaire "pacifique". "Puisque nous sommes convaincus que nous sommes dans notre bon droit, nous n'avons pas le moindre doute concernant la poursuite de notre programme nucléaire. Par conséquent, nous envisageons d'aller de l'avant avec vigueur et confiance et nous prêtons peu d'attention à la propagande guerrière [de l'Occident]", a-t-il dit.

Le 11 février, le président iranien Mahmoud Ahmadinejad avait déclaré que l'Iran avait toujours été disposé à dialoguer sur son dossier nucléaire, mais que le pays ne céderait pas aux pressions occidentales.

Les négociations nucléaires entre l'Iran et le G5+1 tenues en janvier 2011 à Istanbul n'avaient pu aboutir à un accord du fait que Téhéran avait rejeté toute proposition de suspension de son programme d'enrichissement d'uranium en échange d'avantages commerciaux et technologiques.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Sélection du Renminribao du 17 février
L'essor des relations sino-africaines surprend l'Occident
Des centaines de millions yuans pour former des animateurs d'émissions ?
L'euro fête ses dix ans : quel choix faut-il faire ?