Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 19.02.2012 10h32
La Russie regrette le vote de l'AG de l'ONU sur le projet de résolution sur la Syrie

Le ministère russe des Affaires étrangères a exprimé vendredi des regrets face au vote de l'Assemblée générale de l'ONU sur le projet de résolution sur la Syrie, déclarant qu'il avait été "manifestement biaisé".

"Nous pensons que le projet de texte est en fait une copie du projet de résolution du Conseil de sécurité de l'ONU, contre lequel la Russie et la Chine ont voté le 4 février. Il a été manifestement biaisé et n'accuse que le gouvernement syrien pour la situation dans ce pays", a déclaré le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Alexandre Loukachevitch, dans un communiqué.

La Russie et 11 autres pays ont voté jeudi contre le projet de résolution, qui condamne les autorités syriennes pour les violations des droits de l'homme et appelle le président Bachar al-Assad à démissionner.

M. Loukachevitch a déclaré que la Russie était prête à participer à l'adaptation du texte pour l'équilibrer, et Moscou a remis ses amendements et remarques qui reflètent l'approche russe pour une résolution du conflit en Syrie.

"Nous sommes prêts à chercher un compromis pour résoudre la crise syrienne avec l'ONU comme socle. Mais la priorité doit être donnée aux intérêts des Syriens, de la paix et de la sécurité dans l'ensemble de la région", a-t-il souligné.

Moscou a demandé de nouveau à toutes les parties syriennes de mettre immédiatement fin aux violences, de ne pas autoriser l'ingérence extérieure et de lancer un dialogue national sur les réformes du système politique du pays.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Sélection du Renminribao du 17 février
L'essor des relations sino-africaines surprend l'Occident
Des centaines de millions yuans pour former des animateurs d'émissions ?
L'euro fête ses dix ans : quel choix faut-il faire ?