Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 10.02.2012 13h27
Entretien entre Obama et le chef du gouvernement italien

Le président américain Barack Obama a salué jeudi la coopération de l'Italie sur les dossiers de l'Afghanistan, de la Syrie et de l'Iran, déclarant que les Etats-Unis et l'Italie cherchaient à mettre fin au "bain de sang révoltant" en Syrie.

Suite à sa première réunion avec le Premier ministre italien Mario Monti à la Maison Blanche, M. Obama a indiqué aux journalistes : "Nous avons discuté d'un large éventail de questions diplomatiques, dont la situation en Syrie, où nous voulons tous les deux mettre fin au bain de sang intolérable que nous observons."

Qualifiant l'Italie d'"un des plus importants amis et alliés" des Etats-Unis, M. Obama a salué "les sacrifices et le travail remarquable" des forces italiennes en Afghanistan. Il a ajouté : "Nous avons réaffirmé notre engagement à respecter le calendrier établi à Lisbonne, qui prévoit que nous passions complètement la main aux Afghans avant fin 2014."

Lors de leur sommet de Lisbonne en novembre 2010, les dirigeants de l'OTAN ont convenu d'un retrait progressif des forces alliées d'Afghanistan et d'un transfert des responsabilités en matière de sécurité au gouvernement afghan avant fin 2014.

M. Obama a également déclaré : "Nous n'aurions pas pu réussir dans notre campagne en Libye" sans les contributions "extraordinaires" de l'Italie. Les Etats-Unis et l'Italie ont exprimé le souhait de travailler avec le gouvernement de transition de la Libye pour créer une voie stable vers la démocratie et la prospérité économique, a ajouté le président américain.

Il a également remercié l'Italie pour son soutien aux sanctions prises contre l'Iran en raison de son programme nucléaire controversé.

M. Monti, qui a également salué l'alliance avec les Etats-Unis, a promis au président américain que l'Italie avait toujours l'intention de fournir non seulement les ressources et effectifs nécessaires aux tâches qu'assumeront les deux pays et leurs alliés, mais également d'apporter "la connaissance et l'expertise" que l'Italie peut avoir, particulièrement en ce qui concerne certains pays de la Méditerranée et du Moyen-Orient.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Nouvelles principales du 9 février
Sélection du Renminribao du 9 février
L'essor des relations sino-africaines surprend l'Occident
Des centaines de millions yuans pour former des animateurs d'émissions ?
L'euro fête ses dix ans : quel choix faut-il faire ?