Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 09.02.2012 13h50
L'Iran rejette un scénario yéménite en Syrie (officiel)
Le vice-ministre iranien des Affaires étrangères Hasan Amir Abdulahyan

Le vice-ministre iranien des Affaires étrangères a déclaré mercredi à Damas que l'Iran rejetait tout scénario yéménite en Syrie, soulignant que le soutien " politique et moral" de son pays pour la Syrie lui permettra de dépasser la crise actuelle.

Lors d'une conférence de presse organisée mercredi à l'ambassade iranienne à Damas, Hasan Amir Abdulahyan, a déclaré aux journalistes que "l'Iran rejette totalement un scénario yéménite en Syrie", écartant toutes possibilités d'intervention militaire étrangère en Syrie.

"L'axe américano-sioniste se trouve dans une condition défavorable pour lancer une guerre en Syrie", a-t-il affirmé.

Pour lui, la solution à la crise actuelle est "purement politique", réitérant le soutien politique de son pays à la Syrie pour mettre fin à la crise.

"Cela ne servira les intérêts de personne de penser à une intervention militaire en Syrie", a-t-il déclaré, mettant en garde contre "ses graves répercussions sur l'ensemble de la région".

Le diplomate iranien a également critiqué la décision des pays du Conseil de coopération du Golfe (CCG) de retirer leur mission diplomatique de Syrie, qualifiant cette décision de "précipitée et (qui) n'aidera pas à résoudre la crise en Syrie".

Les pays du CCG ont décidé de retirer leurs ambassadeurs de Syrie, et ont demandé en même temps aux ambassadeurs syriens dans les pays du Golfe de partir, invoquant l'escalade des violences dans leur pays.

La Ligue arabe (LA) a récemment présenté un nouveau plan pour résoudre la crise en Syrie, préconisant un scénario yéménite en Syrie, à savoir en appelant surtout le président Bachar al-Assad à abandonner certains de ses pouvoirs à son premier adjoint. Le plan a cependant été totalement rejeté par le leadership syrien.

Par ailleurs, M. Abdulahyan a déclaré que la libération des Iraniens, enlevés récemment en Syrie, s'est faite après médiation de la Turquie.

La veille, le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Ramin Mehmanparast, avait confirmé la libération de 11 Iraniens enlevés plus tôt dans le mois en Syrie. Le porte-parole a fait savoir que 11 pèlerins iraniens enlevés avaient été libérés grâce à l'aide des "pays amis".

Mardi également, l'agence de presse iranienne Mehr a rapporté que les pèlerins iraniens enlevés avaient été libérés avec l'aide de la Turquie. Les otages avaient été enlevés sur une route reliant la ville syrienne de Hamas à la capitale Damas le 1er février.

Il y a eu une série d'enlèvements de citoyens iraniens ces derniers mois en Syrie. Le 26 janvier, un groupe d'hommes armés avait arrêté un bus transportant des pèlerins iraniens sur une route reliant Damas à Alep (nord-ouest du pays): 11 hommes avaient alors été enlevés.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Nouvelles principales du 8 février
Sélection du Renminribao du 8 février
L'essor des relations sino-africaines surprend l'Occident
Des centaines de millions yuans pour former des animateurs d'émissions ?
L'euro fête ses dix ans : quel choix faut-il faire ?