Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 08.02.2012 08h08
Le président syrien rencontre à Damas le ministre russe des Affaires étrangères

Le président syrien Bachar al-Assad a entamé mardi à Damas, capitale syrienne, des discussions avec le ministre russe des Affaires étrangères, Serguei Lavrov, sur la situation actuelle dans son pays, a rapporté l'agence de presse officielle SANA.

M. Lavrov est arrivé mardi dans la capitale syrienne avec le directeur des Services des renseignements étrangers russe, Mikhail Fradkov, pour discuter avec M. al-Assad des moyens d'accélérer les mesures de réformes démocratiques dans le pays, qui connait une flambée dramatique de violences depuis quelques jours.

A son arrivée, le convoi de M. Lavrov est passé lentement au milieu de centaines de milliers de Syriens rassemblés le long de la route menant au palais présidentiel où le diplomate russe était attendu.

La foule brandissait des pancartes ainsi que les drapeaux syrien et russe pour remercier la Russie d'avoir opposé son veto à la résolution du Conseil de sécurité de l'ONU concernant la Syrie.

Samedi dernier, la Russie et la Chine ont opposé leur veto au projet de résolution arabo-européen qui soutient un plan de la Ligue arabe visant à promouvoir un changement de régime en Syrie. La Russie a déclaré que le texte imposait des conditions au dialogue et a appelé à l'adoption des mesures pour influencer non seulement le gouvernement mais aussi les groupes armés.

Le double veto a provoqué la colère des Etats-Unis, de certains pays européens et d'une grande partie des pays arabes, qui avaient présenté un plan arabe au Conseil de sécurité pour obtenir son soutien.

Lundi, M. Lavrov a condamné la réaction occidentale au veto russe, une réaction qu'il a qualifiée "d'hystérique", et a réaffirmé la position de son pays vis-à-vis de la situation en Syrie.

Il a défendu le veto de son pays, déclarant que le projet de résolution ne mettait pas assez de pression sur l'opposition et que "les extrémistes armés" qui, selon Moscou, étaient également responsables des violences en Syrie.

Lundi également, le ministère syrien de l'Intérieur a déclaré que les groupes armés avaient intensifié leurs attaques et leurs "pratiques criminelles" contre les habitants ces dernières semaines dans la province centrale de Homs, et s'est dit déterminé à pourchasser ces groupes.

Dans un communiqué diffusé sur la chaîne de télévision officielle, le ministère a déclaré que ces groupes commettent "des crimes épouvantables" qui ont abouti au meurtre de centaines de civils innocents, à la destruction d'immeubles et de propriétés privées et publiques.

Le communiqué ajoute que le gouvernement avait exercé le maximum de modération malgré les appels lancés par les habitants de Homs qui demandaient que le gouvernement agisse pour éliminer les "groupes terroristes", précisant que ces groupes pouvaient toujours se rendre aux autorités syriennes.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Principales nouvelles du 7 février
Sélection du Renminribao du 7 février
L'essor des relations sino-africaines surprend l'Occident
Des centaines de millions yuans pour former des animateurs d'émissions ?
L'euro fête ses dix ans : quel choix faut-il faire ?