Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 07.02.2012 13h30
Norvège: le meurtrier Breivik restera en détention jusqu'à son procès en avril

Le tueur norvégien Anders Behring Breivik restera en détention jusqu'au lancement de son procès le 16 avril, a décidé lundi le tribunal de district d'Oslo.

A son apparition lundi après-midi au tribunal, M. Breivik a levé les mains pour montrer ses menottes, geste considéré par des experts norvégiens du langage corporel comme un signe pour les membres de l'extrême droite.

C'était la première fois qu'il se retrouvait face à face avec des survivants, qui ont ri bruyamment quand Breivik a déclaré qu'il méritait une médaille pour les deux attaques qui ont tué 77 personnes le 22 juillet 2011 à Oslo et sur l'île d'Utoeya.

Breivik a fait savoir qu'il n'acceptait pas les juges qui, selon lui, ont reçu le mandat d'organisations soutenant le multiculturalisme. Pour cette raison, il a déclaré que les juges ne pouvaient être impartiaux dans cette affaire.

Tentant d'expliquer pourquoi il ne reconnaissait pas sa culpabilité, le meurtrier a déclaré qu'il ne voulait pas que les Norvégiens de souche soient réduits à un groupe minoritaire dans son pays et qu'il était un combattant engagé dans une guerre contre ceux qui pratiquent le multiculturalisme.

Breivik a levé l'index et a demandé la permission de parler du rapport des experts psychiatriques qui conclut qu'il était un criminel aliéné.

"Je continue de travailler sur un article concernant le rapport d'expert, qui est complètement ridicule", a affirmé le meurtrier de 32 ans.

Une centaine de survivants et leur famille ont participé à l'audience de lundi.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Nouvelles principales du 6 février
Sélection du Renminribao du 6 février
L'essor des relations sino-africaines surprend l'Occident
Des centaines de millions yuans pour former des animateurs d'émissions ?
L'euro fête ses dix ans : quel choix faut-il faire ?