Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 06.02.2012 13h30
Téhéran déclare que le P5+1 n'est pas l'arbitre pour le problème nucléaire iranien

Le ministre iranien des Affaires ètrangères Ali-Akbar Salehi a déclaré dimanche que le P5+1 (cinq membres permanents du Conseil de sécurité et l'ONU et l'Allemagne) n'est pas l'arbitre pour le problème nucléaire iranien.

"Le P5+1 n'est pas la source de l'arbitrage pour les activités nucléaires de l'Iran et seule l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) est la source principale de l'arbitrage à ce sujet ", a déclaré Salehi, cité par l'agence de presse officielle iranienne IRNA.

Le déplacement en Iran effectué la semaine dernière par une délégation de l'AIEA en Iran n'a rien à voir avec le P5+1, a-t-il dit à des journalistes.

La délégation de l'AIEA avait eu des entretiens avec les autorités iraniennes portant sur le programme nucléaire. Fin

Salehi a affirmé que pendant le séjour de la délégation de l'AIEA en Iran, "la première étape avait été de réduire les divergences et de renforcer les points communs".

L'équipe de l'AIEA retourera en Iran dans trois semaines, a-t- il dit, ajoutant que les deux parties poursuivraient les négociations.

Mercredi dernier, l'AIEA avait annoncé qu'une autre rencontre entre les deux parties auraient lieu à Téhéran les 21 et 22 février.

"L'Agence s'engage à intensifier le dialogue. L'esssentiel reste de réaliser des progrès sur les problèmes importants", avait affirmé Yukiya Amano, chef de l'AIEA dans une déclaration.

"L'AIEA a expliqué ses inquiétudes et identifié ses priorités qui se fixent sur la clarification des dimensions militaires possibles sur le programme nucléaire de l'Iran", a déclaré M. Amano.

Au cours des nouvelles négociations, l'AIEA a aussi discuté avec l'Iran des étapes initiales à prendre, a-t-il dit.

Selon Téhéran, les trois jours d'entretiens avec la délégation de l'AIEA, qui s'étaient déroulés à huis clos, étaient "positifs et constructifs".

Les représentants de l'AIEA n'ont pas visité les installations nucléaires iraniennes.

En novembre dernier, l'AIEA avait adopté une résolution sur le programme nucléaire iranien qui est soupçonné d'avoir des liens avec le développement d'armes, appelant à intensifier le dialogue pour trouver des solutions aux problèmes en suspens.

L'Iran avait déclaré que la résolution n'allait pas stopper son programme nucléaire qui a pour des fins pacifiques.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Sélection du Renminribao du 3 février
Nouvelles principales du 3 février
L'essor des relations sino-africaines surprend l'Occident
Des centaines de millions yuans pour former des animateurs d'émissions ?
L'euro fête ses dix ans : quel choix faut-il faire ?