Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 06.02.2012 08h15
Le veto au projet de résolution de l'ONU vise à trouver une solution pacifique à la crise syrienne (COMMENTAIRE)

Le veto de la Russie et de la Chine à un projet de résolution arabo-européen sur la Syrie, samedi au Conseil de sécurité de l'ONU, a pour but de trouver un règlement pacifique de la crise syrienne et d'éviter une éventuelle solution radicale et risquée à ce problème.

C'est la deuxième fois depuis octobre dernier que la Russie et la Chine apposent leurs vétos à un projet de résolution du Conseil de sécurité sur la Syrie, estimant que ce projet n'était pas le meilleur choix pour promouvoir la paix dans ce pays du Moyen-Orient.

Selon ce projet de résolution rejeté, le Conseil de sécurité de l'ONU doit "soutenir en bloc" le plan du 22 janvier de la Ligue arabe qui demande au président syrien Bachar al-Assad d'abandonner ses pouvoirs, ce qui constitue l'une des principales pierres d'achoppement lors des consultations avant le vote au Conseil de sécurité.

Avec ce veto, la Russie et la Chine ont estimé que plus de temps et de patience sont nécessaires pour trouver une solution politique à la crise syrienne, solution qui doit éviter davantage de souffrances et de morts au peuple syrien.

Quelques heures avant le vote au Conseil de sécurité sur le projet de résolution, la Russie a fait circuler une version amendée de la résolution qui, selon elle, "vise à résoudre deux problèmes de base". Le premier était d'imposer des conditions pour le dialogue, le second, des mesures qui doivent être prises pour influencer non seulement le gouvernement, mais aussi les groupes antigouvernementaux armés.

"Le projet de résolution soumis au vote ne reflète pas l'état réel des choses en Syrie et envoie un signal déséquilibré aux parties syriennes", a affirmé l'ambassadeur russe à l'ONU Vitali Tchourkine à l'issue du vote.

Pour sa part, l'ambassadeur chinois à l'ONU, Li Baodong, a dit samedi regretter que les changements raisonnables proposés par la Russie à ce projet de résolution sur la Syrie n'aient pas été pris en compte.

"La Chine soutient les changements proposés par la Russie et a pris note que le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov se rendra la semaine prochaine en Syrie", a dit M. Li, affirmant que la demande de certains membres du Conseil de poursuivre les consultations est raisonnable.

"Il est regrettable que ces préoccupations raisonnables ne soient pas prises en compte. Soumettre le texte au vote alors que les parties étaient encore divisées sur cette question n'aide pas à maintenir l'unité et l'autorité du Conseil de sécurité, ni à résoudre la question", a-t-il indiqué.

Selon les Nations unies, le bilan de morts en Syrie, au cours des mois de troubles, a dépassé le seuil des 5 400, alors que selon le gouvernement syrien, plus de 2 000 membres de l'armée et des forces de sécurité ont été tués.

En vue d'éviter une nouvelle effusion de sang et davantage d'actes de violence, il est absolument nécessaire de démarrer immédiatement un processus politique inclusif en Syrie, et c'est au peuple syrien, et non aux forces extérieures, de décider de leur destin.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Sélection du Renminribao du 3 février
Nouvelles principales du 3 février
L'essor des relations sino-africaines surprend l'Occident
Des centaines de millions yuans pour former des animateurs d'émissions ?
L'euro fête ses dix ans : quel choix faut-il faire ?