Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 02.02.2012 08h40
Syrie : réunion du Conseil de Sécurité de l'ONU

La Ligue Arabe demande au Conseil de Sécurité de l'ONU de rapidement prendre des mesures pour faire face à l'escalade de violences en Syrie. Soutenue par les pays occidentaux, l'organisation cherche à obtenir le soutien nécessaire pour voir le président Bashar el-Assad démissioner.

Le dernier rapport de la Ligue Arabe montre une situation qui se déteriore en Syrie. Selon ce rapport diffusé mardi à l'ONU, 5 400 personnes ont été tuées durant les 11 mois d'une insurrection toujours en cours. La Secrétaire d'Etat américaine milite également pour que l'ONU fasse passer une résolution sur la crise.

Hillary Clinton

Secrétaire d'Etat américaine

"A ce jour, les preuves sont flagrantes. Les forces d'Assad font débuter quasimment toutes les attaques contre les civils, et vu que de plus en plus de citoyens prennent les armes, une spirale de violence incontrôlable se fait de plus en plus sentir. Nous avons tous le choix. Etre avec le peuple syrien et celui de la région, ou se montrer complice de la poursuite des violences ici."

Hillary Clinton déclare aussi que les sanctions de l'ONU pour mettre fin à la violence en Syrie seraient différentes des efforts de l'OTAN en Libye face à Mouammar Kadhafi.

Hillary Clinton

Secrétaire d'Etat américaine

"Je sais que certains membres pourraient être concernés par un Conseil de Sécurité qui se dirigerait vers une nouvelle Libye. C'est une fausse analogie. En Syrie la situation est unique, ce qui nécessite une approche sur mesure relative aux circonstances sur place et à ce que la Ligue Arabe propose. Il faut un chemin vers une transition politique qui préservera l'unité de la Syrie et de ses institutions."

Le Premier ministre du Qatar, s'exprimant au nom de la Ligue Arabe, dit que les Nations Unies doivent faire cesser la machine à tuer Assad mais n'en usant que de sanctions économiques.

Sheikh Hamad bin Jassim al-Thani

Premier ministre du Qatar

"Nous ne demandons pas d'intervention armée. Nous militons pour des pressions économiques qui feront en sorte que le régime syrien comprenne qu'il ne puisse pas faire sans les demandes de son peuple."

La Syrie reste défiante. L'ambassadeur syrien à l'ONU rejette les suggestions selon lesquelles son gouvernement est responsable de la crise, accusant les Etats-Unis et ses alliés européens de vouloir conquérir de nouveaux territoires au Moyen-Orient. Bashar Ja'afar se dit surpris que les Etats arabes pointent du doigt la Syrie plutôt qu'Israël.

Bashar Ja'afar

Ambassadeur de Syrie à l'ONU

"Nous espérions que cette présence serve à demander aux membres du conseil d'endosser ses responsabilités pour mettre fin à l'occupation israélienne des territoires arabes. Il est très étrange pour nous de voir certains membres de la Ligue Arabe passer par le Conseil de Sécurité pour soutenir une action contre la Syrie."

Le bal diplomatique aux Nations Unies survient alors que les combats se durcissent sur le terrain entre forces gouvernementales et rebelles. Selon l'Observatoire Syrien pour les Droits de l'Homme, rien que ce lundi, près de 100 personnes, dont 55 civils, auraient été tuées. Mardi, au moins 22 personnes auraient perdu la vie, parmi lesquelles 21 civils.


Source: CCTV

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Sélection du Renminribao du 1er février
Nouvelles principales du 1er février
L'essor des relations sino-africaines surprend l'Occident
Des centaines de millions yuans pour former des animateurs d'émissions ?
L'euro fête ses dix ans : quel choix faut-il faire ?