Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 31.01.2012 08h26
Irak: les sunnites ont mis fin à leur boycott des sessions parlementaires

Le bloc parlementaire soutenu par les sunnites, Iraqia, dirigé par l'ancien Premier ministre Ayad Allawi, a décidé dimanche de mettre un terme à son boycott des sessions parlementaires, a annoncé un responsable du bloc.

"Au cours d'une réunion tenue aujourd'hui avec la présence de tous les dirigeants, députés et hommes politiques du bloc Iraqia, nous avons décidé de reprendre les sessions parlementaires, mais les ministres du bloc va continuer à boycotter les réunions du gouvernement jusqu'à nouvel ordre", a déclaré à l'agence Chine Nouvelle Hamid al-Mutlak à l'ssue de cette réunion.

Selon Mutlak, cette décision envoie un "message de bonne volonté" qui permettrait la tenue d'une conférence nationale dans un proche avenir afin de résoudre la crise politique dans le pays.

Le bloc Iraqia avait commencé à boycotter les session parlementaires en décembre dernier pour protester contre l'unilatérisme du Premier ministre Nouri al-Maliki.

Une querelle politique a éclaté fin décembre entre Maliki et ses rivaux politiques, après que Malidi a demandé l'arrestation du vice-président Tariq al-Hushimi sur l'accusation de terrorisme.

Malidi a demandé par ailleurs au parlement de limoger le vice- Premier ministre, Salih al-Mutlak, un autre sunnite, après que ce dernier l'ait qualifié de "dictateur".

Ce dernier développement démontre la lutte entre le bloc chiite dirigé par Malidi et ses rivaux politiques, après le retrait des troupes américaines d'Irak début décembre dernie

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Nouvelles principales du 30 janvier
Sélection du Renminribao du 30 janvier
L'essor des relations sino-africaines surprend l'Occident
Des centaines de millions yuans pour former des animateurs d'émissions ?
L'euro fête ses dix ans : quel choix faut-il faire ?