Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 06.01.2012 16h27
Les tensions avec l'Iran vont imposer à la Chine de diversifier ses sources d'approvisionnement en pétrole

Les tensions entre les pays occidentaux et l'Iran et les risques géopolitiques s'accroissant, il est temps donc pour la Chine de diversifier davantage ses sources d'approvisionnement en pétrole brut, d'après les experts de l'industrie.

L'Union Européenne a en effet trouvé un accord préliminaire destiné à imposer des sanctions à l'encontre des exportations de pétrole iranien, d'après Reuters, décision qui a fait monter les prix du pétrole brut Brent. Une décision définitive sur les sanctions devrait être prise d'ici la fin de ce mois.

Des sanctions contre l'Iran auraient inévitablement des répercussions sur la Chine, qui devrait alors probablement réduire sa dépendance enver ce pays du fait des pressions politiques, d'après l'Institut de Recherche en Economie et en Technologie de la China National Petroleum Corp (CNPC).

L'Iran est le deuxième plus gros pays producteur de l'OPEP. Sa production est estimée à environ 3,6 millions de barils par jour, d'après une note de recherche de la Standard Bank of South Africa Ltd.

L'année dernière, la Chine a dépensé 15,85 milliards de Dollars US en pétrole iranien pour les neuf premiers mois, en hausse de 84,5% d'une année sur l'autre. Les importations en provenance d'Arabie Saoudite n'ont augmenté que de 19,7%, tandis que celles en provenance d'Angola ont augmenté de 0,28%, d'après des données des douanes chinoises.

Les companies pétrolières chinoises, dont CNPC, China Petrochemical Corp and China National Offshore Oil Corp, ont récemment ralenti leur rythme d'investissement en Iran, témoignant de leurs inquiétudes au sujet d'une situation incertaine, dit Song Zhichen, analyste chez China Investment Consulting.

« Leurs investissements dans le pays pourraient encore diminuer si la situation s'aggravait, au cas où les risques de guerre augmenteraient », a dit M. Song.

Il est donc important pour la Chine d'étendre ses sources d'approvisionnement en pétrole brut pour se prémunir contre les risques croissants que connaît la région, a ajouté pour sa part M. Niu.

A part l'Iran, la Chine importe aussi du pétrole du Qatar, des Emirats Arabes Unis, de Russie, du Venezuela et de quelques pays africains.

Les chiffres des douanes montrent que la Chine, le deuxième plus gros consommateur de pétrole après les Etats-Unis, a importé 231,86 millions de tonnes de pétrole pour les 11 premiers mois de 2011, en hausse de 6,1% d'une année sur l'autre.

Les importations représentent plus de 50% de la consommation totale de pétrole du pays depuis 2010.
En réponse à de possibles sanctions de l'UE, un responsable de la National Iranian Oil Co, dont les propos ont été rapportés par Reuters, a dit que son pays pourrait remplacer ses clients européens en exportant davantage de pétrole vers les pays d'Asie, comme la Chine, ou vers l'Afrique.

Quant à la Chine, elle pourrait obtenir des prix intéressants de la part de l'Iran si ce pays du Moyen-Orient, qui dépend fortement de ses exportations de pétrole, était contraint de chercher des marchés alternatifs pour remplacer les Etats-Unis et l'Union Européenne, d'après Yin Dongqing, chercheur à l'Institut de Recherche en Economie et en Technologie de la CNPC.

Mais il a toutefois ajouté que, afin de garantir la sécurité énergétique de la Chine, il serait important d'accélérer la construction de davantage de sources d'approvisionnement stratégiques et commerciales en pétrole, quand bien même il y a peu de chances qu'une guerre éclate en Iran.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Concours d'articles originaux sur le thème « le Quotidien du Peuple en ligne et moi »
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Sélection du Renminribao du 6 janvier
Nouvelles principales du 5 janvier
Faire de plus grands efforts pour pouvoir parvenir au niveau mondial des classes moyennes
Une nouvelle guerre froide pourrait-elle éclater?
Barack Obama joue à nouveau la carte anti-Chine