Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 04.01.2012 09h40
Les talibans vont ouvrir un bureau au Qatar pour faciliter les négociations

Les militants talibans combattant les troupes afghanes et de l'OTAN ont annoncé mardi avoir accepté d'ouvrir un bureau au Qatar pour négocier la résolution de la crise afghane.

"Nous sommes prêts à ouvrir un bureau politique à l'étranger et à cet effet nous avons atteint un accord préliminaire avec le Qatar et d'autres endroits intéressants", a déclaré le groupe dans un communiqué envoyé aux médias.

L'Emirat islamique d'Afghanistan (nom du régime taliban déchu) a également demandé la libération de ses prisonniers du centre de détention américain à Guantanamo, lit-on dans le communiqué.

Plusieurs responsables et commandants talibans importants seraient emprisonnés dans la prison de Guantanamo.

Les talibans ont également indiqué dans ce communiqué que l'Emirat islamique d'Afghanistan et les Etats-Unis étaient les deux parties impliquées dans le dossier afghan depuis dix ans.

Le Haut conseil pour la paix, organe de paix soutenu par le gouvernement afghan, a proposé, selon certains médias, la libération des hauts leaders talibans, dont le mollah Khairullah et le mollah Fazal, de la prison de Guantanamo, comme geste de bonne volonté afin d'accélérer les négociations de paix avec les talibans.

Par le passé, les talibans avaient rejeté à plusieurs reprises les propositions de négociation du gouvernement afghan, déclarant qu'il n'y aurait aucun dialogue en présence des forces étrangères dans le pays.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Concours d'articles originaux sur le thème « le Quotidien du Peuple en ligne et moi »
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Nouvelles principales du 31 décembre
Une envoyée spéciale du président chinois se rendra prochainement dans cinq pays d'Asie centrale
Une nouvelle guerre froide pourrait-elle éclater?
Barack Obama joue à nouveau la carte anti-Chine
Les dix années qui ont suivi l'adhésion de la Chine à l'OMC : mûrir et se développer tout en faisant face à toutes sortes de défis