Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 28.12.2011 13h51
La Turquie pourrait retirer 15 milliards USD de réserves de France

La Banque centrale turque pourrait transférer ses 28,8 milliards de lires turques (15,3 milliards de dollars américains) d'investissements en obligations françaises vers d'autres pays européens dans le cadre des sanctions contre la France, qui a voté en faveur d'un projet de loi sur le génocide arménien, ont rapporté mardi des médias locaux citant des économistes.

"Vu les récentes mesures prises par le gouvernement turc et le ton politique, je m'attends à ce que la Banque centrale turque retire ses réserves de France dans le cadre de ses sanctions économiques", a rapporté le journal turc Hurriyet Daily citant Erol Katircioglu, professeur au département d'économie de l'université Bilgi d'Istanbul.

Par ailleurs, Kerem Alkin de l'Université de commerce d'Istanbul a déclaré que c'était le droit de la Turquie de retirer ses réserves de France et que cette décision prouvera que la Turquie applique les sanctions pour de vrai, d'après le Hurriyet.

La France occupe la deuxième place pour les réserves de la Banque centrale turque, après les Etats-Unis où la banque a placé 48,6 milliards de lires turques (25,7 milliards de dollars).

Mardi, la Turquie a aussi suspendu "toutes les consultations politiques, les activités militaires conjointes et les manoeuvres ", en réaction de l'adoption du projet de loi par l'Assemblée nationale française, lequel pénalise la négation du génocide des Arménien de 1915.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Concours d'articles originaux sur le thème « le Quotidien du Peuple en ligne et moi »
Rencontre entre le président chinois et le PM japonais sur le renforcement des relations bilatérales
Nouvelles principales du 27 décembre
Une nouvelle guerre froide pourrait-elle éclater?
Barack Obama joue à nouveau la carte anti-Chine
Les dix années qui ont suivi l'adhésion de la Chine à l'OMC : mûrir et se développer tout en faisant face à toutes sortes de défis