Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 21.12.2011 13h17
Washington insiste sur le départ du président syrien

Les Etats-Unis restent fermes dans leur appel au départ du président syrien Bashar Assad, en dépit de l'accord de Damas sur l'envoi d'observateurs de pays arabes, a déclaré mardi le Département d'Etat américain.

"Non, notre position n'a pas changé, M. Assad doit quitter le pouvoir et il n'est pas l'homme

qui dirigera le pays à l'avenir", a précisé la porte-parole du Département d'Etat Victoria Nuland lors d'un point de presse régulier.

"Nous pensons que la proposition de la Ligue arabe offre la meilleure chance possible pour mettre immédiatement un terme aux violences, afin de permettre à la Syrie d'aller à la prochaine étape, qui sera une période que nous espérons pouvoir aboutir à un véritable dialogue sur le futur démocratique auquel, à notre avis, Assad n'est pas capable de participer", a-t-elle estimé.

La Syrie a signé lundi un plan de paix sous l'égide de la Ligue arabe, qui vise à mettre fin aux violences dans ce pays arabe. Conformément à ce plan, le bloc arabe enverra des observateurs en Syrie pour évaluer la situation sur le terrain.

La Syrie s'est enlisée dans les troubles depuis l'éclatement à la mi-mars des manifestations anti-gouvernementales et les affrontements entre manifestants et forces de l'ordre ont fait plus de 5 000 morts, selon les chiffres publiés par les Nations unies.

La Ligue arabe et la Turquie ont rejoint les Etats-Unis et des pays européens pour imposer des sanctions ciblées contre la Syrie, en vue de faire pression sur Damas pour qu'il arrête les violences sur les manifestants.

De son côté, les autorités syriennes ont attribué la responsabilité du chaos à des "groupes armés et conspirateurs étrangers".

"Nous craignons que ce soit une tactique dilatoire. Nous sommes toujours préoccupés à cet égard et c'est pourquoi nous voulons voir ces observateurs commencer à se déployer sur le terrain à la fin de la semaine jusqu'à la mi-janvier prochain comme l'a souhaité la Ligue arabe", a relevé la porte-parole américaine.

Elle a également rappelé que Washington et l'Union européenne étaient en contacts étroits avec la Ligue arabe et que toutes les deux parties voulaient s'assurer de la bonne volonté du gouvernement syrien de mettre intégralement en oeuvre la proposition de la Ligue arabe et en particulier de l'engagement de Damas à garantir le libre accès au territoire syrien des observateurs sur la situation des droits de l'homme.

La porte-parole a en outre appelé le gouvernement syrien à appliquer surtout trois autres volets du plan de la Ligue arabe: arrêt de tous les actes de violence, retrait des éléments armés des zones à forte densité de population et libération de tous les prisonniers politiques.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Concours d'articles originaux sur le thème « le Quotidien du Peuple en ligne et moi »
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
La Chine présente ses sincères condoléances pour la mort de Kim Jong-Il
Nouvelles principales du 20 décembre
Une nouvelle guerre froide pourrait-elle éclater?
Barack Obama joue à nouveau la carte anti-Chine
Les dix années qui ont suivi l'adhésion de la Chine à l'OMC : mûrir et se développer tout en faisant face à toutes sortes de défis