Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 21.12.2011 08h06
La Corée du Sud ferme la frontière avec la RPDC, sauf pour le complexe industriel de Kaesong

Lundi, la Corée du Sud a déclaré qu'il allait interdire à ses ressortissants de se rendre en République populaire démocratique de Corée (RPDC), hormis un complexe industriel intercoréen conjoint situé à Kaesong, ville frontalière du pays.

Le ministère sud-coréen de l'Unification, en charge des affaires intercoréennes, a déclaré que cette mesure avait pour but d'assurer la sécurité personnelle de ses ressortissants.

Lors d'une conférence de presse organisée quelques heures après l'annonce lundi par Pyongyang de la mort de son leader, Kim Jong Il, vendredi, le porte-parole du ministère Choi Boh-seon a déclaré que la Corée du Sud "suspendra temporairement les voyages" en RPDC, à l'exception du Complexe industriel Kaesong.

M. Choi a ajouté que les aides humanitaires pour la RPDC seraient suspendues, et une conférence prévue mardi à Kaesong serait également reportée.

A la question, est-ce que Séoul présentera ses condoléances pour le décès de M. Kim, M. Choi a répondu que les agences gouvernementales discutaient encore de la question et qu'aucune décision n'avait encore été prise.

D'après le ministère, 717 ressortissants sud-coréens se trouvent en RPDC, dont 707 au Complexe industriel de Kaesong.

Le complexe industriel conjoint, ouvert en 2003, est le dernier symbole restant de la réconciliation entre les deux Corées.

47000 travailleurs de la RPDC sont actuellement employés par 123 entreprises sud-coréennes qui tirent parti du faible coût de la main d'œuvre.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Concours d'articles originaux sur le thème « le Quotidien du Peuple en ligne et moi »
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
La Chine présente ses sincères condoléances pour la mort de Kim Jong-Il
Nouvelles principales du 20 décembre
Une nouvelle guerre froide pourrait-elle éclater?
Barack Obama joue à nouveau la carte anti-Chine
Les dix années qui ont suivi l'adhésion de la Chine à l'OMC : mûrir et se développer tout en faisant face à toutes sortes de défis