Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 16.12.2011 08h09
Jacques Chirac, premier président français condamné par la justice, ne fera pas appel mais "conteste catégoriquement le jugement

Jacques Chirac, ancien président français (1995-2007), ne fera pas appel, mais "conteste catégoriquement le jugement", après avoir condamné jeudi à deux ans de prison avec sursis dans l'affaire des postes fictifs à la mairie de Paris.

"Je prends acte du jugement du tribunal de Paris (...) mais sur le fond, je conteste catégoriquement ce jugement", a indiqué M. Chirac dans un communiqué.

"Surtout, je l'affirme avec honneur: aucune faute ne saurait m'être reprochée. Pour autant, je ne ferai pas appel. Je n'ai plus hélas toutes les forces nécessaires pour mener par moi-même, face à de nouveaux juges, le combat pour la vérité", a-t-il poursuivi. L'état de santé de M. Chirac s'affaiblit depuis quelques années. Victime d'anosognosie, l'ancien chef de l'Etat français n'a pas pu être présent à son procès en septembre dernier et était absent jeudi à la lecture du jugement.

"J'ai conscience aussi que ce qui est en jeu ce n'est pas seulement l'honneur d'un homme, mais la dignité de la fonction présidentielle que j'ai assumée depuis. Et je crois qu'aujourd'hui le respect de nos institutions exige que l'apaisement vienne", a-t- il appelé.

"A mes compatriotes qui savent qui je suis: un homme honnête qui n'a jamais eu d'autres exigences et d'autres combats que la cohésion entre tous les Français, la grandeur de la France et l'action pour la paix", a écrit l'ancien président.

M. Chirac a été condamné jeudi à Paris à deux ans de prison avec sursis. Il est visé par deux volets de l'affaire, l'un porte sur 21 emplois fictifs de complaisance rétribués sur fonds publics à la mairie de Paris dans les années 1990, quand M. Chirac a été le maire de la capitale française, l'autre concerne 7 emplois fictifs à la mairie de Paris confiés à des permanents du RPR, parti politique dont M. Chirac est le fondateur. L'ancien président a été déclaré coupable par le tribunal correctionnel de Paris, dans tous les deux volets: "détournement de fonds publics" et "abus de confiance" dans le premier, et "prise illégale d'intérêt" dans le second.

M. Chirac est devenu désormais le premier ancien président français condamné par la justice.

Dans un communiqué de la présidence française, le président Nicolas Sarkozy "a pris acte de la décision de justice", tout en soulignant que "ces circonstances ne doivent pas faire oublier l'engagement constant de Jacques Chirac au service de la France, ce qui lui vaut et lui vaudra encore l'estime des Français".

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Concours d'articles originaux sur le thème « le Quotidien du Peuple en ligne et moi »
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Chine : lancement d'une ligne aérienne directe entre Beijing et Lhassa
Une nouvelle guerre froide pourrait-elle éclatée ?
Barack Obama joue à nouveau la carte anti-Chine
Les dix années qui ont suivi l'adhésion de la Chine à l'OMC : mûrir et se développer tout en faisant face à toutes sortes de défis