Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 04.12.2011 14h22
L'ayatollah iranien Khatami met en garde l'ONU et l'UE de ne pas soutenir la GB

L'ayatollah iranien Ahmad Khatami a mis en garde le Conseil de sécurité des Nations Unies et l'Union européenne de ne pas apporter leur soutien à la Grande-Bretagne dans le conflit concernant l'ambassade britannique à Téhéran.

L'imam a déclaré vendredi dans la capitale iranienne que la Grande-Bretagne avait terni sa réputation auprès du monde musulman, notamment auprès de l'Iran, et qu'elle voulait désormais que les Etats européens et les organisations internationales partagent son fardeau, selon l'agence de presse officielle IRNA.

La Grande-Bretagne a connu des coups durs en Iran. Récemment, le parlement iranien a abaissé les relations diplomatiques avec la Grande-Bretagne, a annoncé M. Khatami.

Le Conseil des gardiens de la constitution, le plus haut organe législatif iranien, a approuvé lundi à l'unanimité la réduction des relations diplomatiques avec la Grande-Bretagne en réponse à sa politique "hostile" contre l'Iran.

Le lendemain, des manifestants iraniens ont pris d'assaut l'ambassade britannique à Téhéran, appelant le gouvernement à expulser l'ambassadeur britannique.

Le Conseil de sécurité de l'ONU a condamné mardi "dans les termes les plus fermes" les attaques contre l'ambassade britannique à Téhéran.

Lors d'une réunion jeudi à Bruxelles, les ministres des Affaires étrangères de l'UE ont pris la décision de durcir les sanctions contre l'Iran en réponse aux incidents de mardi et au programme nucléaire controversé mené par l'Iran.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Concours d'articles originaux sur le thème « le Quotidien du Peuple en ligne et moi »
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Chine : lancement d'une ligne aérienne directe entre Beijing et Lhassa
Une nouvelle guerre froide pourrait-elle éclatée ?
Barack Obama joue à nouveau la carte anti-Chine
Les dix années qui ont suivi l'adhésion de la Chine à l'OMC : mûrir et se développer tout en faisant face à toutes sortes de défis