Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 29.11.2011 13h59
Les relations entre le Pakistan et les USA ne peuvent se poursuivre qu'avec le respect mutuel (PM pakistanais)

Le Premier ministre pakistanais, Syed Yousouf Reza Gilani, a déclaré lundi que le Pakistan allait réévaluer ses accords avec l'OTAN et l'ISAF, et que ses relations avec les Etats-Unis ne pouvaient continuer qu'avec le respect mutuel et les intérêts communs, selon l'agence de presse officielle du Pakistan, APP.

Dans une interview accordée à un média étranger, le premier ministre pakistanais a déclaré que le Pakistan n'était pas respecté par les Etats-Unis. Il a poursuivi que le Pakistan réévaluait actuellement ses relations avec ces derniers.

Il a expliqué qu'en accord avec les souhaits de la population, les relations du Pakistan avec les Etats-Unis devaient se baser sur la confiance, l'égalité et les bénéfices mutuels.

M. Gilani a de plus souligné que les incidents tels que le meurtre des troupes pakistanaises et le raid américain qui a entraîné la mort de Oussama ben Laden étaient des violations de la souveraineté de son pays.

Le Premier ministre a bien insisté sur le fait que les relations avec l'OTAN et l'ISAF ont atteint un point de saturation et que désormais les affaires ne seraient plus comme d'habitude.

Il a rappelé que le Pakistan avait toujours joué un rôle positif dans la stabilité de l'Afghanistan, qu'Islamabad était prêt à soutenir toutes les initiatives favorables à l'Afghanistan, mais que ce soutien ne se ferait pas au prix de la souveraineté du Pakistan.

Le Premier ministre a par ailleurs fait savoir que le Pakistan n'avait pas encore décidé s'il boycotterait la conférence de Bonn sur l'avenir de l'Afghanistan le mois prochain.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Environ un million de Chinois participent au concours de la fonction publique
Nouvelles principales du 28 novembre
La France désire être le « sonnailler » quant à l'ingérence dans la situation en Syrie
Pour faire entrer l'Afrique dans le futur...
Routes chinoises : à quand la fin du massacre ?