Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 23.11.2011 09h17
La chef de la diplomatie de l'UE rencontre des représentants de l'opposition syrienne

La Haute Représentante de l'Union européenne (UE) pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, Catherine Ashton, a rencontré mardi à Bruxelles des représentant du Conseil national syrien (CNS, opposition).

C'est la première fois que la chef de la diplomatie de l'UE rencontre le principal bloc des organisations syriennes opposées au président Bachar al-Assad.

"La rencontre s'inscrit dans le cadre des efforts en cours pour engager le dialogue avec des représentants de l'opposition qui adhèrent à la non violence et aux valeurs démocratiques", a déclaré le porte-parole de Mme Ashton dans un communiqué.

La chef de la diplomatie européenne a "réitéré sa profonde préoccupation concernant la détérioration de la situation en Syrie, a insisté sur le soutien sans faille de l'Union européenne au peuple syrien et condamné dans les termes les plus forts la répression brutale en cours et les nombreuses violations des droits de l'Homme" dans le pays, selon le communiqué.

Saluant "les efforts de l'opposition syrienne pour établir une plateforme unie et travailler à une vision commune de l'avenir de la Syrie et de la transition vers un système démocratique", Mme Ashton a également souligné l'importance d'une plateforme politique d'opposition qui "doit inclure l'ensemble des religions et des communautés".

Elle a encouragé le CNS "à discuter avec la Ligue arabe pour soutenir ses efforts en vue d'une transition réussie".

La semaine dernière, l'UE a élargi ses sanctions contre la Syrie, en plaçant 18 personnes supplémentaires, essentiellement des militaires, sur la liste des personnes visées par le gel des avoirs et le refus d'entrée dans l'UE, ainsi que de geler des prêts européens dans le pays.

L'UE a déjà adopté sept séries de sanctions contre Damas, notamment un embargo sur les armes et une interdiction des importations de pétrole brut syrien et des investissements européens dans le secteur pétrolier syrien.

De son côté, le président Bachar al-Assad a affirmé dans une interview publiée le week-end dernier qu'il ne se soumettrait pas à la pression internationale.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
La Chine et les Etats-Unis signent cinq accords économiques et commerciaux
Nouvelles principales du 22 novembre
Les Américains d'origine chinoise qui désirent faire une carrière politique doivent commencer à partir de « grass roots »
Les suggestions de FMI à propos de la Chine ne correspondent pas à la réalité de celle-ci
La coopération est-asiatique après le « retour » des Etats-Unis