Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 06.11.2011 13h44
Grèce: vote de confiance critique pour Papandreou

Le Premier ministre grec George Papandreou doit s'adresser devant l'Assemblée nationale vendredi soir peu avant un vote de confiance crucial qui pourrait déterminer si la Grèce sombre dans la faillite les prochaines semaines et emporte avec elle toute la zone euro.

Des partis d'opposition, des membres du cabinet et des députés de son parti, le parti socialiste PASOK, appellent désormais à sa démission, à la création d'un gouvernement d'unité nationale et à des élections générales anticipées.

Le discours de M. Papandreou pourrait déterminer s'il remportera cette bataille au sein de cette assemblée de 300 membres où il tenait jusqu'à jeudi une majorité ténue de 152 sièges, alors qu'une révolte ouverte a éclaté contre lui au sujet de son projet controversé, annoncé lundi, d'organiser un référendum sur un paquet d'aide de l'Union européenne (UE) vital pour la Grèce.

Ce projet a soulevé de vives réactions sur la scène internationale et le Premier ministre a été contraint de le retirer jeudi et d'appeler à un consensus multipartite pour approuver le paquet d'aides à l'Assemblée à la place, et garantir ainsi sa mise en oeuvre par un cabinet de sauvetage national pour éviter à des élections anticipées.

S'exprimant au Parlement jeudi soir à l'issue d'une journée dramatique qui a ajouté la crise politique à la crise de la dette, il a laissé entendre pour la première fois qu'il était disposé à démissionner et à ouvrir la voie à la formation d'un tel gouvernement en échange d'un vote de confiance qui "préserverait la stabilité politique en ces temps difficiles".

Toutefois, même si les membres du PASOK sont convaincus, l' incertitude subsistera.

Nouvelle Démocratie, le principal parti d'opposition conservateur, insiste pour appeler à la formation du cabinet d' intérim composé de technocrates, qui conduirait la Grèce à des élections générales anticipées dans les six semaines, uniquement pour veiller à ce que le pays reçoive sa prochaine tranche de prêts de la zone euro et du Fonds monétaire international.

Les partis de gauche, qui avaient organisé de nouveaux rassemblements devant le Parlement vendredi, ont demandé l'organisation immédiate d'élections.

Si le Premier ministre ne parvient pas à conquérir ce vote de confiance, il est probable que la Grèce organise des élections d'ici Noël. D'après la Constitution du pays, le président donnera aux partis un mandat pour former un gouvernement de coalition, mais le climat à Athènes n'est guère prometteur.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
La Chine est devenue le partenaire commercial le plus important de l'Afrique
Nouvelles principales du 16 novembre
Les objectifs trans-Pacifique des Etats-Unis
Pourquoi les marques internationales adoptent-elles en Chine une attitude « à double critère »
Faut-il vraiment limiter les émissions de divertissement à la télévision ?