Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 04.11.2011 15h21
Un référendum sur l'euro est inutile, dit le ministre grec des Finances

La Grèce est prête à envoyer à ses partenaires un message clair qu'il n'y a pas besoin d' organiser un référendum sur le plan de sauvetage de l'Union européenne (UE) pour éviter la faillite, et elle est déterminée à ratifier rapidement au Parlement l'accord conclu la semaine dernière, a déclaré jeudi le vice-Premier ministre et ministre des Finances grec.

Le vice-Premier ministre et ministre des Finances Evangelos Venizelos a présenté une "feuille de route" pour la formation d'un gouvernement de coalition et à terme l'organisation d'élections générales, lors d'une adresse à une réunion du groupe parlementaire au pouvoir à Athènes.

Le ministre a pris la parole juste après le discours du Premier ministre George Papandreou. M. Papandreou est confronté depuis jeudi à des pressions croissantes de ministres de son cabinet et de députés de son parti qui le pressent de démissionner suite à son projet de référendum, qui a soulevé une onde de choc alors que la scène internationale s'inquiète de la possibilité que la Grèce quitte la zone euro et déstabilise la région.

M. Papandreou a écarté ces appels à sa démission et abandonné son projet de référendum en échange de négociations pour la formation d'un gouvernement de coalition.

Le principal objectif de la Grèce pour le moment est la libération de la prochaine tranche d'aide de l'UE et du Fonds monétaire internationale dans les prochaines semaines afin d'éviter la banqueroute, car le pays pourrait arriver à court de liquidités d'ici à la mi-décembre, a commenté M. Venizelos.

Il a déclaré qu'il informerait sous peu par écrit ses homologues européens des intentions de son pays.

Réaffirmant que le système bancaire grec ne courrait aucun risque, il a appelé les députés du parti au pouvoir à accorder au gouvernement un vote de confiance vendredi soir et à soutenir les efforts pour créer une administration d'union nationale pour conduire le pays à des élections générales, "ultérieurement".

Le pacte européen du 26 octobre doit être adopté à la majorité renforcée de 180 des 300 députés de l'Assemblée, a souligné M. Venizelos. Le gouvernement détient actuellement une majorité ténue de deux sièges, mais plusieurs députés du parti au pouvoir ont mis en garde jeudi qu'ils voteraient probablement contre cette mesure.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
La Chine est devenue le partenaire commercial le plus important de l'Afrique
Nouvelles principales du 16 novembre
Les objectifs trans-Pacifique des Etats-Unis
Pourquoi les marques internationales adoptent-elles en Chine une attitude « à double critère »
Faut-il vraiment limiter les émissions de divertissement à la télévision ?