Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 04.11.2011 09h46
G20: Sarkozy réaffirme sa détermination à réguler les marchés financiers et à sauvegarder la solidarité de la zone euro (SYNTHESE)

Le président français Nicolas Sarkozy, qui se fixe comme objectifs principaux durant sa présidence tournante du G20 de réguler la mondialisation et les marchés financiers afin de relancer la croissance mondiale, a réaffirmé jeudi son plein soutien pour la taxation sur les transactions financières et sa détermination à sauvegarder la solidarité de la zone euro.

Lors d'une conférence de presse jeudi en fin de journée, M. Sarkozy a défendu de nouveau la taxation sur les transations financières, idée prônée depuis de longs mois par le président.

"La France a plaidé une nouvelle fois pour la mise en place d' une taxe des transactions financières", a déclaré M. Sarkozy.

"Je suis persuadé qu'il est techniquement possible et qu'il est financièrement indispensable (...) moralement et absolument incontournable", a-t-il lancé.

Le chef de l'Etat français a toutefois reconnu qu'il n'y avait toujours pas de consensus sur ce sujet, avouant que "certains pays sont très opposés".

Pourtant, "nous avons noté quand même avec beaucoup de satisfaction la déclaration de la présidente brésilienne et de la présidente argentine indiquant qu'elles n'avaient aucune opposition au principe de la taxe", a fait savoir M. Sarkozy, qui s'est engagé à poursuivre les contacts sur le sujet en vue de " constituer un groupe de pays leaders en la matière".

M. Sarkozy a salué "la prise de consciences" grecque, après que le Premier ministre grec Georges Panpadréou eut promis, plus tôt dans la journée, de retirer son projet de referendum de référendum sur le plan européen de sauvetage de la Grèce.

"Sur la Grèce, les choses progressent, a indiqué M. Sarkozy, je n'ai pas à m'insérer dans le débat politique grec mais nous avons vu avec beaucoup d'intérêt le soutien du gouvernement au plan du 27 octobre. C'est courageux et responsable".

M. Sarkozy a également profité de cette occasion pour réaffirmer sa détermination à sauvegarder la solidarité de la zone euro.

"L'euro, c'est le coeur de l'Europe, et l'Europe, c'est le coeur de la politique française. Nous ne pouvons pas accepter l'explosion de l'euro, qui serait l'explosion de l'Europe", a averti M. Sarkozy.

En ce qui concerne le FESF, autre sujet chaud en pleine crise de dette, le chef de l'Etat français a révélé que les leaders du G20 avaient toujours du mal à trouver un compromis, bien que "les points de vue se rapprochent".

La mise en oeuvre technique du FESF fait toujours l'objet de discussion entre les Européens, les institutions régionales et internationales ainsi que d'"autres partenaires disponibles", afin de soutenir la zone euro et porter le message de confiance sur l'euro, a indiqué M. Sarkozy.

"Il faut mettre d'accord beaucoup de gens", a-t-il indiqué, affirmant que "les points de vue se rapprochent entre les Européens et entre les Européens et leurs alliés".

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
L'APL met en place un département de planification stratégique
Nouvelles principales du 23 novembre
La liste des écrivains riches ne cache pas la vie modeste d'écrivains en Chine
La Chine et les Etats-Unis assument la responsabilité du redressement économique mondial
Les Américains d'origine chinoise qui désirent faire une carrière politique doivent commencer à partir de « grass roots »