Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 01.11.2011 15h14
Une confrontation totale à Gaza est possible: ministre israélien de la Défense

Le ministre israélien de la Défense Ehud Barak a déclaré lundi qu'Israël devra peut-être lancer une opération militaire de grande ampleur à Gaza pour mettre un terme aux tirs de roquette depuis ce territoire palestinien sur Israël.

"Je n'écarte pas la possibilité que le temps viendra où nous nous retrouverons dans une confrontation vaste et totale, mais je ne vois aucune valeur à nous précipiter prématurément dans ceci", a déclaré M. Barak dans une interview accordée lundi à la radio de l'armée.

Les commentaires du ministre de la Défense interviennent dans un contexte d'accalmie dans les violences qui opposent Israël aux militants palestiniens, avec des attaques de roquettes et des frappes aérienne qui ont tué un Israélien et 11 Palestiniens depuis le début des hostilités mercredi dernier.

Dans la nuit de dimanche, un avion israélien a confirmé une frappe sur un escadron de lancement d'une roquette dans le sud de Gaza juste après le tir d'un projectile sur Israël, a indiqué l'armée dans un communiqué. Les militants palestiniens ont répondu rapidement en tirant trois roquettes qui ont atterri sur des zones ouvertes, ne faisant aucune victime.

Les écoles des grandes villes du sud d'Israël sont restées fermées lundi, malgré les garanties du Commandement du front intérieur de l'armée qui a assuré qu'il n'y avait plus de menaces.

M. Barak a nié les informations selon lesquelles une trêve entre Israël et le Jihad islamique, groupe responsable de la plupart des derniers lancements de roquettes, était en place.

"Il est vrai que des messages selon lesquels le Hamas et d'autres (groupes militants) veulent cesser (les combats) ont été reçus de la part des Egyptiens. Celui qui veut arrêter doit arrêter", a souligné M. Barak.

"Nous les jugeons seulement par leurs faits et gestes. En ce qui nous concerne, le Hamas est responsable de tout ce qui se passe à Gaza", a-t-il affirmé.

M. Barak a qualifié les critiques des chefs des communautés cibles des tirs de roquettes ainsi que des députés de centre-droit de "sans fondement". Selon eux, l'Etat hébreu réagissait aux violences au lieu de prendre une initiative et d'intensifier les opérations militaires.

"Nous nous occupons d'une seule chose: protéger les citoyens du pays et nous assurer de leur bien-être et de leur sécurité dans une réalité complexe. Nous ne sommes pas occupés à "mettre le feu" pour être des initiateurs", a expliqué M. Barak.

En 2008, des attaques répétées de roquettes palestiniennes contre le sud d'Israël avaient poussé le Premier ministre d'alors, Ehud Olmert, à ordonner l'invasion de Gaza dans l'opération "Plomb durci", qui a tué un millier de Palestiniens et des dizaines de soldats israéliens.

Lundi, M. Barak a déclaré que l'activation de forces militaires de masse nécessitait un jugement prudent, indiquant que retourner à Gaza après avoir passé des décennies dans l'enclave côtière comme soldat de carrière "ne lui manquait pas".

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a également réfuté lundi qu'Israël s'était engagé dans une trêve initiée par l'Egypte.

"Il n'y a pas de cessez-le-feu. L'armée défend les habitants du Sud et détruit les lanceurs de roquettes", a déclaré M. Netanyahu.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
La Chine est devenue le partenaire commercial le plus important de l'Afrique
Nouvelles principales du 16 novembre
Les objectifs trans-Pacifique des Etats-Unis
Pourquoi les marques internationales adoptent-elles en Chine une attitude « à double critère »
Faut-il vraiment limiter les émissions de divertissement à la télévision ?