Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 20.10.2011 15h25
La Chine, éternel bouc émissaire des problèmes des Etats Unis

La semaine dernière, le Sénat américain a voté un texte sur le Yuan au prétexte que les Américains sont excédés par leur déficit commercial avec la Chine et qu'elle est la cause du fort taux de chômage aux Etats-Unis. De nombreux hommes politiques américains songent à poser des restrictions aux importations en provenance de Chine comme un moyen de résoudre le problème du chômage dans leur pays. Ils ne comprennent cependant pas qu'au lieu d'améliorer la situation de l'emploi aux Etats-Unis, le protectionnisme commercial porterait plutôt atteinte aux intérêts américains.

Prenez par exemple la dispute commerciale bilatérale sur les pneus chinois. Le syndicat américain United Steelworkers (USW) reproche aux pneus de fabrication chinoise de perturber le marché des producteurs de pneus américains.

Les données que l'USW a soulignées montrent que quatre usines de fabrication de pneus américaines ont fermé entre 2004 et 2008 que plus de 5 000 ouvriers du secteur ont perdu leur emploi. 3 000 autres ouvriers ont perdu leur travail en 2009. L'USW soutient que l'augmentation des importations de pneus chinois aggrave le problème du chômage aux Etats-Unis, et elle a donc recommandé que des droits plus élevés leurs soient appliqués.

Cependant, d'après le Bureau des Statistiques du Travail américain, ces dernières années, la disparition d'emplois annuelle moyenne aux Etats-Unis a été de plus de 40 millions, 2009 et 2010 ayant même connu des chiffres de 63,96 et 64,21 millions respectivement (y compris du fait du passage du statut d'employé à chômeur et de non compris dans la force de travail à chômeur). Comme ces chiffres le montrent, les importations de pneus chinois n'ont peu ou pas d'effet sur le marché de l'emploi aux Etats-Unis.

Et c'est aussi vrai pour les autres secteurs du commerce sino-américain. Bien que l'Occident ne cesse de critiquer la Chine, l'accusant d'être responsable du chômage, il n'est pas pour autant en mesure de fournir la moindre preuve concrète du nombre exact d'emplois perdus à cause des importations de produits chinois.

En 2008, l'Economic Policy Institute, un groupe de réflexion, a bien publié un rapport en ce sens, prétendant que 2,3 millions d'emplois ont été perdus aux Etats-Unis entre 2001 et 2007 du fait du déséquilibre du commerce sino-américain, avec 366 000 emplois perdus pour la seule année 2007. A en juger par ce genre de rapport, et bien que leur crédibilité reste discutable, les importations chinoises ont été « responsables » de moins de 1% des disparitions d'emplois aux Etats-Unis. On peut donc difficilement dire que le déséquilibre du commerce sino-américain ait vraiment affecté le marché de l'emploi aux Etats-Unis.

Depuis longtemps, l'Occident, et en particulier les Etats-Unis, tient pour acquis qu'un déficit commercial veut nécessairement dire une hémorragie et une pénurie d'emplois conduisant au chômage.

Le fait est que même sans nouveaux postes à pourvoir, les gens peuvent tout de même trouver du travail. D'après le BLS, les Etats-Unis ont en effet créé 442,95 millions d'emplois entre 2001 et 2010. en se basant sur le stéréotype selon lequel le nombre de postes à pourvoir décide des perspectives d'emploi d'un pays, les Etats-Unis devraient avoir des opportunités d'emploi pour un maximum de 442,95 millions de postes. Or, et une fois encore selon le BLS, le nombre réel des opportunités d'emploi était de 797,8 millions.

Pourquoi ? Parce que dans une économie de marché, le chômage est un sujet quotidien, comme l'est le fait de retrouver un travail. Le BLS a dit que chômage total non saisonnier aux Etats-Unis entre janvier 1990 et mai 2011 a été de 993,26 millions et que les chiffres totaux du chômage en octobre 2010 étaient de 139,21 millions. Mais les données démographiques du pays montrent que les Etats-Unis comptaient une population de seulement 308,75 millions d'habitants en 2010.

En ce sens, le chômage non saisonnier accumulé aux Etats-Unis entre 1990 et 2010 s'est monté à plus de trois fois la taille de leur population en 2010, et à plus de sept fois les chiffres nationaux de l'emploi à la date d'octobre 2010. A supposer que le statut d'employé ou de chômeur demeure non interchangeable, tous les Américains devraient, non seulement avoir perdu leur emploi, mais l'avoir aussi perdu trois fois.

Mais chacun sait que cela n'est guère possible. Des emplois sont perdus en grand nombre chaque jour, mais les chômeurs continuent à retrouver du travail. Et cela se comprend, car de nos jours il y a une grande variété d'emplois, et les salariés ont des niveaux de compétence variés, nombreux étant ceux qui passent d'un emploi à un autre afin de chercher le poste qui leur conviennent le mieux, bien que la durée de ce processus varie d'une personne à l'autre.

Chacun doit se souvenir que le taux de chômage et le développement socio-économique ne sont pas nécessairement liés. De nombreux économistes occidentaux pensent qu'un rythme de développement rapide implique un raux de chômage plus faible. Aussi disent-ils que la Chine devrait réajuster ses politiques financières et de commerce extérieur afin que le développement socio-économique en Occident se déroule harmonieusement et que le taux de chômage baisse.

Mais cela n'est pas vrai. Dans de nombreux cas, le taux de chômage d'un pays peut rester élevé en dépit d'un développement socio-économique fort, ce que démontre fort bien l'expérience des Etats-Unis et de nombreux autres pays occidentaux.

Les exportations chinoises vers les Etats-Unis n'aggravent pas le problème du chômage aux Etats-Unis et ne fontt certainement pas baisser la croissance économique américaine. Mettre le fort taux de chômage aux Etats-Unis et leur morosité économique continue et omniprésente sur le compte de la politique commerciale extérieure de la Chine n'est pas rationnel.

L'auteur, Paul Kong, est un universitaire chinois vivant en Australie.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
La Chine s'oppose à un rapport américain sur ses affaires intérieures
Nouvelles principales du 19 octobre
Les Etats-Unis jouent au voleur volé en accusant la Chine d'être « manipulatrice de taux de change »
Détrompez-vous et cessez de vous enferrer dans votre absurde idée de la « non transparence »
L'heure n'est pas à la baisse des taux