Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 12.10.2011 14h45
Les Etats-Unis ont déjoué un complot d'assassinat contre l'ambassadeur saoudien à Washington (SYNTHESE)

Les Etats-Unis ont déclaré mardi avoir déjoué une tentative d'assassinat contre l'ambassadeur d'Arabie saoudite à Washington et inculpé deux ressortissants iraniens, dont l'un dispose de la double nationalité américaine et iranienne, pour leur participation présumée dans le complot.

Manssor Arbabsiar, 56 ans, qui dispose de la double nationalité américaine et iranienne, et l'Iranien Gholam Shakuri, sont poursuivis pour conspiration de meurtre contre un responsable étranger, et conspiration d'usage d'une arme de destruction massive, entre autres, a indiqué le département de la Justice dans un communiqué. Ce complot était dirigé par "des événements du gouvernement iranien", a déclaré le département. Shakuri serait membre de l'unité Qods (forces spéciales des Gardiens de la révolution islamique d'Iran).

Arbabsiar a été arrêté le 29 septembre à l'aéroport Kennedy de New York et devait se présenter mardi devant un tribunal de New York. Il risque la prison à vie alors que Shakuri reste libre.

Les deux hommes sont accusés d'avoir préparé depuis mai dernier un attentat contre l'ambassadeur saoudien à Washington, Adel al-Jubeir. Le projet a été déjoué car Arbabsiar aurait rencontré à plusieurs reprises un informateur de la Drug Enforcement Administration (DEA) américaine qu'il croyait être membre d'un cartel de la drogue mexicaine. Il aurait envisagé de recruter cet informateur pour assassiner al-Jubeir, alors que Shakuri et les autres co-conspirateurs auraient approuvé le plan, selon le département de la Justice.

"Ce complot était conçu, organisé et dirigé par l'Iran", a déclaré le ministre américain de la Justice, Eric Holder, lors d'une conférence de presse.

Les autorités iraniennes ont rejeté ces accusations mardi, en les qualifiant de "fausses et sans fondement", ont rapporté des médias, en citant la chaîne de télévision iranienne Press TV.

Le président iranien Mahmoud Ahmadinejad aurait désigné ces accusations de "scénario monté de toute pièce" afin de détourner l'attention de l'opinion publique américaine sur "des manifestations populaires" aux Etats-Unis.

Le même jour, le département américain du Trésor a annoncé des sanctions à l'encontre de cinq individus ayant un lien à la tentative d'assassinat déjouée contre l'ambassadeur d'Arabie saoudite à Washington, En plus de Arababsiar et Shakuri, Qasem Soleimani, Hamed Abdollahi, Abdul Reza Shahlai, tous hauts officiers de l'unité Qods, figurent également sur la liste.

Les cinq hommes étaient "liés à un complot d'assassinat contre l'ambassadeur d'Arabie saoudite aux Etats-Unis, Adel al-Jubeir...et cherchaient à préparer des attentats à la bombe contre d'autres intérêts étrangers aux Etats-Unis et dans un autre pays", a déclaré le Trésor américain.

"L'Iran a une nouvelle fois utilisé la Force Qods et le système financier international pour organiser un acte de terrorisme international", a accusé David Cohen, sous-secrétaire au Trésor pour la lutte contre le terrorisme et les renseignements financiers.

Les sanctions interdisent tout ressortissant américain de faire des transactions commerciales avec les cinq personnes, dont les avoirs aux Etats-Unis ont été gelés.

De son côté, l'ambassade d'Arabie saoudite à Washington a remercié les autorités américaines pour avoir déjoué ce projet d'assassinat contre son ambassadeur.

"L'ambassade aimerait remercier les agences gouvernementales américaines qui ont empêché un acte criminel", a déclaré l'ambassade saoudienne sur son Tweeter.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Wu Bangguo appelle au renforcement des relations sino-canadiennes
Les centres de la culture chinoise implantés à l'étranger permettent au monde entier de connaître la Chine
La Chine « dispute l'Europe » ne tient pas debout et est injustifiable
La farce législative américaine