Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 09.10.2011 08h48
La Russie rejette une présence américaine en Afghanistan après l'expiration du mandat de l'ONU

La Russie n'approuvera pas une présence militaire des États-Unis en Afghanistan après l'expiration d'un mandat du Conseil de sécurité de l'ONU, a déclaré vendredi l'envoyé russe à l'OTAN Dmitri Rogozine.

M. Rogozine a déclaré aux journalistes russes que les États- Unis appliquaient la même tactique à la fois en Afghanistan et en Libye, en proposant une formation aux forces armées de ces pays sous le drapeau de l'OTAN.

« C'est seulement un prétexte pour préserver leur présence militaire dans ces pays », a dit M. Rogozine.

« C'est quelque chose que nous n'avons jamais approuvé. L' Afghanistan devrait être libre de toute ingérence étrangère dans ses affaires intérieures, et par conséquent les forces de la coalition ne devraient effectuer que les missions prévues par leur mandat accordé par le Conseil de sécurité de l'ONU en 2001 », a-t- il ajouté.

Vendredi également, le vice-ministre des Affaires étrangères Alexeï Borodavkine a déclaré que Moscou insisterait pour une réduction de la présence militaire des États-Unis en Asie centrale une fois achevée son opération de lutte antiterrorisme en Afghanistan.

« L'idée est qu'une fois l'opération de lutte antiterrorisme en Afghanistan achevée, lorsque les forces armées américaines quitteront ce pays, et que le besoin d'y acheminer du ravitaillement deviendra caduc, nous insisterons pour que la présence militaire en Afghanistan et en Asie centrale soit réduite », a déclaré M. Borodavkine lors d'une réunion de la Douma russe, ou chambre basse du Parlement.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Mise en orbite d'un satellite de télécommunications de fabrication française par une fusée porteuse chinoise
La loi américaine sur la devise chinoise fait plus de mal que de bien : médias américains
La Chine a naturellement ses nobles ambitions
Chine : pourquoi le dalaï lama s'inquiète-t-il de sa réincarnation