Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 28.09.2011 09h12
L'UE déplore le décès du prix Nobel kenyan Wangari Maathai

L'Union européenne (UE) a exprimé lundi sa tristesse à l'annonce du décès de la Kenyane Wangari Maathai, prix Nobel de la Paix en 2004.

"C'est avec tristesse que nous avons appris la disparition de la lauréate du prix Nobel de la Paix du Kenya, le Professeur Wangari Maathai", ont indiqué dans une déclaration conjointe Catherine Ashton, la Haute Représentante de l'UE pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, et Andris Piebalgs, le commissaire européen chargé du développement.

Présentant au nom de l'UE leurs plus sincères condoléances à la famille et aux amis de Wangari Maathai, Mme Ashton et M. Piebalgs ont indiqué que son décès "est une grande perte pour le mouvement écologiste, mais aussi pour les mouvements pro-démocratie et des droits de la femme à travers l'Afrique et au-delà".

"En tant que première femme africaine à se voir attribuer un prix Nobel, elle ne sera pas oubliée pour son action audacieuse pour la durabilité de l'environnement, l'autonomisation des femmes et les droits démocratiques", ont ajouté les deux hauts responsables de l'UE.

Wangari Maathai, prix Nobel de la Paix en 2004 pour son engagement en faveur de l'environnement, est décédé dimanche à l' âge de 71 ans des suites d'un cancer, a annoncé ce lundi le Green Belt Movement ("Mouvement de la ceinture verte"), mouvement de lutte contre la déforestation qu'elle avait créé en 1977.

Son mouvement vise à promouvoir la biodiversité tout en créant des emplois pour les femmes et en valorisant leur image dans la société, et revendique avoir planté 47 millions d'arbres sur le continent.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Rencontre entre les Premiers ministres de la Chine et de la RPDC
Une génération instable a-t-elle surgi en Europe ?
Les « mauvais calculs » de Washington n'aboutiront pas
"Taiwan Relations Act" devra être annulé