Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 25.09.2011 10h10
Le chef de la diplomatie israélienne critique le discours du président palestinien à l'Onu

Le ministre israélien des Affaires étrangères Avigdor Lieberman a qualifié de "discours d'incitation" l'allocution du président palestinien Mahmoud Abbas prononcée lors de l'Assemblée générale de l'Onu.

M. Lieberman a tenu ces propos face à la caméra de la chaîne de télévision israélienne Channel 2, en marge de l'Assemblée générale de l'ONU tenue à New York.

M. Lieberman, membre radical du cabinet du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, a déclaré que son pays n'avait pas d'autres choix que d'aller de l'avant, "sans y faire attention, sans proférer de menaces".

Pour lui, l'administration de Netanyahu a pris des initiatives pour la reprise au dialogue avec les Palestiniens, dont la proposition de solution des deux Etats, l'arrêt de la construction des colonies pendant dix mois, la suppression des postes de contrôle, et l'aide économique, des gestes ignorés, selon lui, par les autorités palestiniennes.

Le discours de M. Abbas à l'Assemblée générale de l'ONU était largement axé sur la construction des colonies bloquant le processus de paix, a-t-il conclu.

De son côté, la dirigeante de l'opposition israélienne, Tzipi Livni, a exhorté M. Netanyahu à reprendre les négociations, plutôt que de se prononcer simplement à l'ONU, pour faire avancer le processus dans les intérêts d'Israël.

Le président de l'Autorité nationale palestinienne, Mahmoud Abbas, a remis vendredi matin au secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, la demande d'adhésion des Palestiniens comme membre à part entière des Nations unies.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Wen Jiabao encourage les jeunes chinois et indiens à contribuer aux liens bilatéraux
Le 6e forum international des médias en langue chinoise tenu à Chongqing
Les pressions sur la devise chinoise se fondent sur une erreur (COMMENTAIRE)
Pourquoi la Chine est-elle toujours attaquée lors des élections présidentielles aux Etats-Unis ?