Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 14.09.2011 15h36
Des experts de l'ONU critiquent le rapport Palmer sur la flottille pour Gaza

Un groupe d'experts indépendants des Nations Unies a critiqué mardi les conclusions du rapport du Comité d'enquête sur l'incident meurtrier de la flottille pour Gaza du 31 mai 2010 et notamment l'affirmation que le blocus maritime de Gaza par Israël est conforme au droit international.

Le rapport du Comité d'enquête, qui est un organe indépendant établi en août 2010 par le secrétaire général de l'ONU, estime qu'Israël est confronté « à une véritable menace à sa sécurité par les groupes militants à Gaza » et que « le blocus maritime a été imposé comme une mesure de sécurité légitime afin d'empêcher l'entrée d'armes à Gaza par la mer et sa mise en oeuvre respecte les obligations en matière de droit international ».

Les quatre membres du Comité d'enquête sont Geoffrey Palmer, président du comité et ancien Premier ministre de Nouvelle-Zélande, Alvaro Uribe, vice-président du comité et ancien président de la Colombie, Joseph Ciechanover Itzhar, représentant Israël, et Süleyman Ozdem Sanberk, représentant la Turquie.

« En se prononçant sur la légalité du blocus, le rapport Palmer ne reconnaît pas le blocus maritime comme une partie intégrale de la politique de fermeture d'Israël envers Gaza qui a un impact disproportionné sur les droits humains des civils », ont souligné les experts dans un communiqué publié mardi.

« Après quatre années de blocus israélien, 1,6 million de femmes, d'hommes et d'enfants palestiniens sont privés de leurs droits fondamentaux et sont sujets à des sanctions collectives, constituant une violation flagrante du droit international et du droit humanitaire international », ont-ils ajouté.

Pour les experts, le blocus israélien doit cesser immédiatement et la population de Gaza doit être mieux protégée. Les Gazaouis ont le droit de bénéficier d'un accès à la nourriture, à l'eau et aux services de santé, ont-ils indiqué.

Selon le groupe d'experts, les deux-tiers des ménages de Gaza sont dans l'insécurité alimentaire et 35% des terres arables et 85% des zones de pêches sont totalement ou partiellement inaccessibles à cause des mesures militaires israéliennes. Les experts estiment également que le système de santé s'est détérioré à cause du blocus.

Le Groupe d'experts est composé du rapporteur spécial sur le droit à l'alimentation, Olivier de Schutter, le rapporteur spécial sur le droit à la santé, Anand Grover, le rapporteur spécial sur le droit à l'eau potable et l'assainissement, Catarina de Albuquerque, le rapporteur spécial sur l'extrême pauvreté et les droits humains, Maria Magdalena Sepulveda Carmona, le rapporteur spécial sur la situation des droits de l'homme dans les Territoires palestiniens occupés, Richard Falk.

« Le Rapport Palmer avait pour but de réconcilier Israël et la Turquie », a conclu Richard Falk. « Il est malencontreux que dans le rapport, la politique l'emporte sur le droit ».

Le 31 mai 2010, neuf civils turcs sont morts et plusieurs autres ont été blessés lors de l'interception par les forces militaires israéliennes d'une flottille de six navires partie de Turquie pour amener de l'aide à la population de Gaza, qui est soumise à un blocus par Israël depuis 2007.

L'Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA) a pour sa part lancé mardi un appel de fonds afin de financer ses opérations d'assistance à Gaza. L'agence onusienne a besoin de 36 millions de dollars pour acheminer de l'aide alimentaire, des fournitures scolaires, apporter des soins de santé et créer des emplois.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
La Chine reconnaît le CNT libyen comme l'autorité au pouvoir et le représentant du peuple libyen
La crise latente s'aggrave dans l'Union Européenne
Comment les Etats-Unis commémoreront-ils les attentats du 11 septembre ?
Il faut combattre les causes du terrorisme