Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 14.09.2011 15h27
La France s'efforce de faire revenir les parties palestinienne et israélienne à la table des négociations (Alain Juppé)

Le ministre français des Affaires étrangères Alain Juppé a déclaré mardi que la France s'efforçait de faire revenir les parties palestinienne et israélienne à la table des négociations.

"La communauté internationale a déjà fixé un objectif très clair pour sortir de la crise du Proche-Orient. C'est la reconnaissance des deux Etats. Nous pensons que cet objectif doit être atteint au plus vite", a déclaré M. Juppé lors d'un point de presse tenu à Beijing.

"La meilleure manière de parvenir à cet objectif est d'engager des pourparlers entre les parties palestinienne et israélienne. Nous nous efforçons depuis plusieurs mois de convaincre les deux parties de reprendre les négociations", a-t-il ajouté.

"Aujourd'hui, nous essayons d'éviter une confrontation au sein de l'Assemblée générale des Nations Unies et il n'est pas encore trop tard pour élaborer un texte de compromis qui serait largement accepté", a déclaré M. Juppé.

Le gouvernement américain a annoncé jeudi que Washington opposerait son veto à la reconnaissance de l'Etat palestinien à l'ONU.

La Palestine a annoncé jeudi son intention de soumettre sa demande devant les Nations Unies en septembre "pour obtenir la reconnaissance de l'adhésion d'un Etat de Palestine sur les frontières du 4 juin 1967 avec Jérusalem-Est pour capitale".

Cette décision signifie que les efforts déployés par l'administration Obama pour convaincre les Palestiniens de renoncer à poursuivre leur démarche auprès de l'ONU ont échoué.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
La Chine reconnaît le CNT libyen comme l'autorité au pouvoir et le représentant du peuple libyen
La crise latente s'aggrave dans l'Union Européenne
Comment les Etats-Unis commémoreront-ils les attentats du 11 septembre ?
Il faut combattre les causes du terrorisme