Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 12.09.2011 12h27
L'ancien président français Chirac rejette les accusations selon lesquelles il aurait reçu des fonds occultes africains

L'ancien président français Jacques Chirac et l'ancien Premier ministre Dominique de Villepin vont porter plainte contre Robert Bourgi, homme influent des relations franco-africaines les ayant accusé d'avoir reçu des fonds occultes africains "incalculables", ont rapporté dimanche les médias français.

"A la suite des propos tenus ce jour par M. Robert Bourgi, le président Jacques Chirac m'a demandé de déposer plainter pour diffamation", a déclaré Me Jean Veil, avocat de M. Chirac, cité par l'AFP.

Dans un entretien avec "Journal du Dimanche" paru dimanche, M. Bourgi a révélé qu'il avait participé entre 1997 et 2005 aux transmissions des fonds occultes africains à l'ancien président français Jacques Chirac et Dominique de Villepin, proche collaborateur et ancien Premier ministre de ce dernier.

M. Bourgi se dit avoir "participé à plusieurs remises de mallettes", qui contenait de l'argent dont la somme était " incalculable" et pouvait atteindre "plusieurs dizaines de millions de francs par an" et "davantage pendant les périodes électorales", à M. Chirac, maire de Paris et puis président de la Républic à l'époque, souvent en présence ou par intermédiaire de M. de Villepin.

Ces argents en liquide, ainsi que des cadeaux rares et précieux étaient fournis par les chefs d'Etat africains dont Abodoulaye Wade du Sénégal, Blaise Compaoré du Burkina Faso, Laurent Gbagbo de la Côte d'Ivoire, Denis Sassou Nguesso du Congo-Brazzaville, Omar Bongo du Gabon et Obiang Nguéma de la Guinée équatoriale, a-t- il précisé.

M. Bourgi, avocat au Barreau de Paris, entretient des relations cordiales avec les milieux politiques français ainsi qu'africains et conseille depuis de nombreuses années la poursuite de relations entre la France et le continent africain.

Suite à la révélation surprenante de dimanche, M. de Villepin a rejeté catégoriquement toutes les accusations, jugeant que "tout cela n'est que fariboles". Il a par ailleurs annoncé dimanche soir sur France 2 qu'il allait lui aussi porter plainte contre M. Bourgi.

"Les accusations qu'ils portent sont graves, scandaleuses, détaillées comme tous les mauvais polars et c'est pour cela que comme Jacques Chirac, je porterai plainte contre lui", a déclaré l'ancien Premier ministre.

Selon l'AFP, l'ex-numéro deux du président ivoirien déchu Gbagbo a affirmé que trois millions d'euros avaient été transférés d'Abidjan à Paris pour financer la campagne électorale de M. Chirac tandis que le Sénégal et le Gabon ont démenti l'accusation.

M. Bourgi, interrogé dimanche par la radio RTL, a réaffirmé ses accusations et s'est dit être à la disposition de la justice.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Les relations Chine-Algérie est un modèle des relations d'Etat-Etat (responsable chinois)
Quotidien du Peuple : la gestion de crise ne peut pas aider ConocoPhillips
Comment les femmes peuvent réussir dans un monde d'hommes
La Corne de l'Afrique, un test pour notre conscience