Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 05.09.2011 08h40
Retour de Dominique Strauss-Kahn à Paris

L'ancien Directeur général du Fonds monétaire international (FMI) Dominique Strauss-Kahn (DSK) et sa femme Anne Sinclair sont rentrés dimanche matin à Paris.

Selon la presse locale, DSK et sa femme n'ont fait aucune déclaration quand ils sont arrivés dimanche matin vers 7h (heure locale) à l'aéroport de Charles de Gaulle et est allé directement chez eux au centre de la ville de la capitale française.

Dominique Strauss-Kahn, ancien chef du FMI et ex-favori potentiel pour l'élection présidentielle 2012 en France, avait été arrêté le 14 mai 2011 à l'aéroport JFK de New York et puis inculpé "d'agression sexuelle et de tentative de viol" par le parquet de New York. Il avait donné ensuite sa démission à la tête du FMI, remplacée plus tard par l'ancienne ministre des Finances française Christine Lagarde.

Mardi dernier, le tribunal pénal de Manhattan a renoncé toutes les charges contre DSK dans ce feuilleton durant quatre mois.

Après l' abandon mardi des charges qui pesaient contre Dominique Strauss-Kahn par le tribunal pénal de Manhattan, la presse française s' interroge sur les conséquences d' un retour en politique de l' ancien directeur du Fonds monétaire international.

Selon les résultats d' un sondage publiés après sa libération, une majorité écrasante de Français est opposée à un retour sur la scène politique française de Dominique Strauss-Kahn (DSK).

80% des personnes interrogées ont ainsi déclaré ne pas souhaiter que l' ancien directeur général du FMI soit candidat à la primaire socialiste pour l' élection présidentielle de 2012.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Le Premier ministre chinois appelle à l'utilisation durable des terres et des ressources
La Corne de l'Afrique, un test pour notre conscience
Les Etats-Unis peuvent-ils réduire un peu leurs dépenses militaires et leur dette, quand ils parlent de la « menace militaire chinoise » ?
L'occident n'a pas renoncé à son intention de déterminer l'orientation du développement du Moyen-Orient