Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 30.08.2011 09h28
La Russie est contre un projet de résolution présenté par l'Occident sur la Syrie

La Russie est contre un projet de résolution présenté par des pays occidentaux au Conseil de sécurité de l'ONU pour condamner la Syrie, a déclaré lundi l'ambassadeur russe à l'ONU Vitali Tchourkine.

"Le projet de résolution sur la Syrie est tout à fait non objectif et il envisage uniquement de faire pression sur les autorités syriennes", a dit M. Tchourkine sur la télévision russe.

"Nous craignons que le projet de résolution ne puisse amener les forces radicales de l'opposition syrienne à mener des opérations plus actives pour renverser le gouvernement. C'est pourquoi nous n'acceptons pas les objectifs de nos collègues occidentaux de faire passer la résolution. Nous proposons une alternative", a dit le diplomate russe.

Il a souligné que le projet de résolution ne contenait aucun mot sur un dialogue politique entre l'opposition et le gouvernement.

"Le Conseil de sécurité ne devrait pas rester à l'écart, ils doit agir dans un sens positif", a-t-il affirmé.

Le président russe Dmitri Medvedev a appelé lundi dans un message adressé à son homologue syrien Bachar al-Assad à cesser immédiatement et complètement toutes les violences par les deux côtes de la Syrie.

Le Kremlin a souligné que l'opposition syrienne devrait participer au dialogue proposé par les autorités, estimant que le dialogue est la seule voie pour restaurer l'ordre social et réaliser une transformation démocratique de la Syrie.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Li Yanfeng remporte la première médaille d'or pour la Chine lors des Championnats du monde d'athlétisme de Daegu
Les Etats-Unis peuvent-ils réduire un peu leurs dépenses militaires et leur dette, quand ils parlent de la « menace militaire chinoise » ?
L'occident n'a pas renoncé à son intention de déterminer l'orientation du développement du Moyen-Orient
Le dilemme du développement du Japon