Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 26.08.2011 13h31
L'ONU souhaite que le président syrien écoute les appels à cesser la répression

Le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, regrette que la répression violente contre les civils par les autorités syriennes se poursuive malgré les appels de la communauté internationale à y mettre fin, a indiqué jeudi son porte-parole.

A l'occasion d'un discours à l'Université de Denver, aux Etats- Unis, mercredi soir, Ban Ki-moon a rappelé qu'il avait « exhorté à plusieurs reprises le président Assad à mettre fin à l'usage excessif et meurtrier de la force par ses forces de sécurité contre le peuple syrien et à entamer des réformes significatives ».

« Malgré ses promesses, le président syrien n'a pas respecté ses engagements. La répression violente contre les civils, notamment les arrestations en masse, se poursuivent », a noté le secrétaire général de l'ONU.

De son côté, le secrétaire général adjoint des Nations Unies aux affaires politiques, B. Lynn Pascoe, a indiqué jeudi devant le Conseil de sécurité que « de nombreux dirigeants du monde, notamment de la région, ont suggéré au président Assad de mettre fin immédiatement aux opérations militaires qui tuent son propre peuple » et que les Nations Unies « souhaitaient sincèrement qu'il écoute l'appel de la communauté sans plus attendre ».

« Les forces syriennes de sécurité continuent de faire un usage excessif et meurtrier de la force contre les manifestations populaires, notamment dans les provinces de Homs, Hama, Deraa, Idlib et Deir Ez Zor, ainsi que dans et autour de Damas. De nombreux civils ont été tués et blessés », a souligné M. Pascoe.

Le secrétaire général adjoint a noté que l'incapacité du président Assad à contenir les forces de sécurité réduisait la crédibilité de ses annonces de réformes politiques. Ces annonces « ont été reçues avec un grand scepticisme par l'opposition et les manifestants qui ont perdu confiance dans les promesses de réformes alors que les forces de sécurité continuent leur répression violente », a-t-il ajouté.

B. Lynn Pascoe s'est félicité de la décision du Conseil des droits de l'homme des Nations Unies d'établir une commission d'enquête internationale et a souhaité que les autorités syriennes coopèrent avec cette commission. Il a indiqué par ailleurs que l'équipe de l'ONU chargée d'évaluer la situation humanitaire en Syrie avait terminé jeudi sa visite et que le Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires (OCHA) ferait un compte-rendu de cette visite dans les prochains jours.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Chine : révision du projet d'amendements du Code de procédure pénale
Comment la dégradation de la note du crédit des Etats-Unis va t-elle affecter la Chine ?
Les microblogs sont la voix du peuple
Beijing ne devrait pas être classée au huitième rang des villes chinoises