Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 26.08.2011 08h41
La Syrie est un "problème" de l'Occident dans la région (al-Assad)

Le président syrien Bachar al-Assad a réaffirmé mercredi soir que son pays faisait l'objet d'une conspiration étrangère, et a déclaré que les pressions étrangères se faisaient de plus en plus fortes sur la Syrie, parce qu'elle est le "problème" de l'Occident dans la région.

Lors d'un banquet de rupture du jeûne du ramadan tenu mercredi soir en l'honneur de membres du clergé, M. al-Assad a déclaré que les pressions internationales sur la Syrie s'intensifiaient "non parce que l'Occident s'intéresse au peuple ou aux réformes de la Syrie, comme ils le prétendent, mais parce que la Syrie est le problème de l'Occident dans la région et qu'ils veulent que la Syrie fasse des concessions."

"Cela n'arrivera jamais parce que le peuple syrien a choisi d'avoir sa volonté indépendante et sa souveraineté."

Il a indiqué que la situation actuelle nécessitait la coopération de tous et beaucoup "de raison et de sagesse plutôt que d'émotions et de passions", et il a mis l'accent sur le rôle encore essentiel du clergé dans la préservation de la patrie et la sensibilisation des citoyens.

M. al-Assad a affirmé que la religion ne devait pas être exploitée pour des objectifs qui n'ont rien à voir avec elle, et il a appelé tous les Syriens à assumer leurs responsabilités pour resserrer les rangs et participer au processus de réformes.

Il a réaffirmé que la Syrie continuait de faire avancer son processus de réformes, ce qui "n'est pas en contradiction avec les efforts entrepris par l'Etat pour rétablir la sécurité et la stabilité pour les citoyens", mais il a déclaré que les réformes devaient être étudiées avec attention.

Le président américain Barack Obama a appelé la semaine dernière pour la première fois M. al-Assad à se retirer, mettant l'accent sur les discussions fermes assorties de nouvelles sanctions, et il a tenté de faire pression sur d'autres pays pour qu'ils fassent de même, une initiative critiquée par la Syrie, qui la considère comme une intervention flagrante dans ses affaires intérieures.

Les dirigeants syriens ont attribué la responsabilité des troubles qui durent depuis cinq mois à des groupes armés et à des extrémistes soutenus par une conspiration étrangère visant à renverser le gouvernement d'al-Assad et à le remplacer par un émirat islamique.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Chine : révision du projet d'amendements du Code de procédure pénale
Comment la dégradation de la note du crédit des Etats-Unis va t-elle affecter la Chine ?
Les microblogs sont la voix du peuple
Beijing ne devrait pas être classée au huitième rang des villes chinoises