Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 23.08.2011 15h11
Le Conseil des droits de l'homme a ouvert une session extraordinaire sur la situation des droits de l'homme en Syrie

Le Conseil des droits de l'homme a ouvert lundi à Genève sa dix-septième session extraordinaire, consacrée à la situation des droits de l'homme en République arabe syrienne dans le contexte des événements récents. Le Conseil poursuivra la dix-septième session extraordinaire mardi en vue de se prononcer sur un projet de résolution relatif à la situation des droits de l'homme en République arabe syrienne.

Le Conseil des droits de l'homme a entendu d'abord la Haut- Commissaire aux droits de l'homme Navi Pillay, le Rapporteur spécial contre la torture Juan Méndez.

Pillay a affirmé que la mission d'établissement des faits mandatée par la seizième session extraordinaire du Conseil des droits de l'homme pour enquêter sur les allégations de violations des droits de l'homme en Syrie a fait état de violations systématiques et généralisées des droits de l'homme en Syrie par les forces militaires de sécurité. Elle a précisé que plus de 2000 personnes ont perdu la vie depuis le début des manifestations à la mi-mars.

Au nom de tous les titulaires de mandats de procédures spéciales, Juan Méndez a indiqué que le seuil à partir duquel on peut dire que des violations systématiques se produisent a été atteint.

Le représentant de la Syrie a affirmé que son gouvernement avait répondu de manière précise aux demandes d'information du Haut-Commissariat aux droits de l'homme et regretté que ces réponses n'aient pas été prises en compte dans le rapport, ce qui discrédite ce document. Il a déploré les propos mensongers de la Haut-Commissaire "qui ne reflètent que sa soumission à certains grands pays". Selon le représentant syrien, la Syrie fait l'objet d'une campagne mensongère en vue de susciter en son sein un clivage communautaire et de passer sous silence les exactions commises par des bandes armées. Il a aussi dénoncé les mensonges des médias, notamment en ce qui concerne la situation à Lattaquié, où les forces de sécurité ont, en réalité, été contraintes d'intervenir pour protéger les citoyens contre des agressions commises par des bandes armées.

Une quarantaine de délégations membres du Conseil des droits de l'homme, ainsi que des pays observateurs et des organisations non gouvernementales ont pris la parole. Il y a des condamnations des violations des droits de l'homme, la demande de leur cessation immédiate, le soutien à la création d'une mission d'enquête indépendante internationale. Il y a aussi l'insistance sur la nécessité de respecter la souveraineté et l'intégrité territoriale de la Syrie.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Chine : Biden visite un lycée reconstruit après le violent séisme de mai 2008 au Sichuan
Beijing ne devrait pas être classée au huitième rang des villes chinoises
Il faut maintenir le principe de transparence et d'ouverture pour promouvoir les réformes
L'aide chinoise est accompagnée de respect et d'amitié pour les peuples africains