Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 18.08.2011 14h14
Téhéran et Moscou vont discuter d'une approche "pas à pas" concernant le dossier nucléaire iranien (parlementaire)

Un parlementaire iranien a déclaré mercredi que le but de la récente réunion entre responsables iraniens et russes était de discuter de la proposition russe d'une approche "pas à pas" pour résoudre le conflit sur le programme nucléaire iranien, ainsi que du dossier de l'achat par l'Iran de missiles S-300 russes, a rapporté l'agence de presse locale Mehr.

La visite à Téhéran du secrétaire du Conseil national de sécurité russe Nikolaï Patrouchev visait à discuter de la proposition russe pour une reprise des discussions sur le dossier nucléaire iranien, et également de l'achat par Téhéran en 2007 du système de défense aérien S-300, selon l'agence de presse iranienne, qui cite le vice-président de la Commission de sécurité nationale et de politique étrangère du parlement iranien, Esmaeil Kowsari.

M. Patrouchev, à la tête d'une délégation russe, est arrivé lundi dans la capitale iranienne.

A la mi-juillet, le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, avait proposé une nouvelle approche "progressive" pour relancer les négociations entre l'Iran et les pays occidentaux sur le programme nucléaire iranien controversé.

Parallèlement, la visite en Russie du ministère iranien des Affaires étrangères, Ali-Akbar Salehi, a pour objectif de négocier sur le dossier nucléaire iranien et les pourparlers avec le G5+1, groupe qui comprend les cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l'Onu et l'Allemagne.

M. Salehi est arrivé mardi à Moscou pour un séjour de deux jours et rencontrera son homologue M. Lavrov pour discuter de la mise en service prochaine de la centrale nucléaire iranienne de Bushehr (sud) ainsi que de la résolution du dossier nucléaire.

Toujours mercredi, M. Kowsari a ajouté que les Russes avaient violé l'accord bilatéral sur la livraison à l'Iran de missiles S-300 et qu'ils devaient en assumer la responsabilité.

Téhéran a signé en 2007 un accord prévoyant l'acquisition du système S-300, mais Moscou a suspendu la livraison du système à l'Iran du fait qu'il tombe sous le coup des sanctions de l'Onu, avait expliqué le chef de l'état-major russe Nikolaï Makarov.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Le vice-Premier ministre chinois Li Keqiang rencontre le chef de l'exécutif de Hong Kong
Il faut maintenir le principe de transparence et d'ouverture pour promouvoir les réformes
L'aide chinoise est accompagnée de respect et d'amitié pour les peuples africains
Les Etats-Unis et l'Europe devront assumer leur responsabilité politique pour la reprise de l'économie mondiale