Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 10.08.2011 15h50
L'UNESCO déplore l'attaque de l'OTAN sur la télévision publique libyenne

La Directrice générale de l'UNESCO, Irina Bokova, a qualifié d'inacceptable l'attaque de l'OTAN sur les services de radiodiffusion d'Etat libyens menée le 30 Juillet, et a déploré la mort de trois membres du personnel des médias lors de la frappe aérienne qui a également fait 21 blessés, a-t-on appris mardi d'un communiqué de l'UNESCO parvenu à la presse.

"Je déplore la frappe de l'OTAN sur la chaîne Al-Jamahiriya et ses installations", a exprimé la Directrice générale en ajoutant que les médias ne devraient pas être la cible des actions militaires. La Résolution 1738 du Conseil de sécurité des Nations Unies (2006) condamne les actes de violence contre les journalistes et le personnel des médias dans les situations de conflit.

"La frappe de l'OTAN est également contraire aux principes des Conventions de Genève qui établissent le caractère civil des journalistes en temps de guerre, même quand ils s'engagent dans la propagande", a ajouté Mme Bokova.

"Faire taire les médias n'est jamais une solution. Encourager l'indépendance et le pluralisme des médias est le seul moyen de permettre aux gens d'avoir leur propre opinion", a conclu Mme Bokova.

L'OTAN a, pour sa part, publié une déclaration affirmant que l'attaque a été menée conformément à la Résolution 1973, qui autorise l'action militaire en Libye.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Chine : Zhouqu pleure ses victimes du glissement de terrain et accélère la reconstruction un an après la catastrophe
L'aide chinoise est accompagnée de respect et d'amitié pour les peuples africains
Les Etats-Unis et l'Europe devront assumer leur responsabilité politique pour la reprise de l'économie mondiale
Chine : le porte-avions est légitime pour le développement pacifique du pays (Commentaire)