Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 05.08.2011 13h29
La Turquie nomme un nouveau chef de l'armée

La Turquie a nommé jeudi son nouveau chef de l'armée suite à la démission inattendue de plusieurs hauts gradés dans un conflit avec le gouvernement.

Le général Necdet Ozel, ancien commandant de la gendarmerie paramilitaire, a été promu au poste de nouveau chef d'état-major des forces armées turques.

M. Ozel était le seul commandant qui n'ait pas demandé sa retraite parmi les hauts-dignitaires qui ont démissionné la semaine dernière pour protester contre l'emprisonnement d' officiers militaires accusés de tentative de coup d'Etat.

Il a été nommé commandant en chef des forces terrestres après les démissions de vendredi.

Le président Abdullah Gül a approuvé la nomination des nouveaux commandants du pays, a annoncé le porte-parole de la présidence, Ahmet Sever, aux journalistes après quatre jours de délibérations du Conseil militaire suprême présidé par le Premier ministre Recep Tayyip Erdogan.

Le Conseil militaire suprême a également décidé de prolonger d' un an la fonction de 14 généraux emprisonnés qui attendent d'être jugés dans le cadre de l'affaire Balyoz, initiative considérée comme un signe pour calmer les tensions entre l'armée et le gouvernement.

Le général Hayri Kivrikoglu a été nommé nouveau commandant des forces terrestres, l'amiral Emin Murat Bilgel a été promu commandant de la marine et le général Mehmet Erten a été désigné commandant de la force aérienne.

Le général Bekir Kalyoncu a été nommé chef de la gendarmerie malgré les spéculations selon lesquelles le gouvernement se serait opposé à sa promotion.

L'ancien chef d'état-major Isik Kosaner et trois autres hauts commandants ont démissionné vendredi dernier avant la réunion du Conseil militaire suprême. Ces démissions font suite à la décision du tribunal d'inculper vendredi 22 suspects, dont plusieurs généraux et officiers.

Dans son message d'adieu, M. Kosaner s'est plaint que les suspects étaient détenus depuis trop longtemps avant leur jugement et que les inculpations étaient injustes.

Quarante-deux généraux ont été placés derrière les barreaux pendant l'enquête sur les plans "Sledghammer" et "Ergenekon". Les tentatives de coup d'Etat visaient le parti Justice et Développement (AKP).

Depuis son entrée au pouvoir en 2002, l'AKP se bat contre les establishments sécularistes turcs, notamment l'armée et le système judiciaire pour qui l'agenda du parti est islamiste.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Dette américaine : Zhou Xiaochuan indique que la Chine s'en tiendra au principe de la diversification des investissements en devises étrangères
Chine : le porte-avions est légitime pour le développement pacifique du pays (Commentaire)
Pourquoi l'accident meurtrier du train à grande vitesse chinois s'est produit ?
Quotidien du Peuple : les forces sociales essentielles aux opérations de secours suite à l'accident ferroviaire meurtrier en Chine