Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 13.07.2011 15h51
La Maison Blanche qualifie l'attaque de l'ambassade américaine en Syrie « d'inacceptable »

La Maison Blanche a condamné mardi les attaques contre l'ambassade des États-Unis en Syrie et la résidence de son ambassadeur à Damas, capitale de ce pays, la qualifiant d'« inacceptable » et réitérant que le président syrien Bachar al-Assad avait « perdu toute légitimité ».

« Laisser des voyous attaquer une ambassade est inacceptable » a déclaré le porte-parole de la Maison Blanche Jay Carney lors de son point presse quotidien. Le gouvernement américain a déclaré à la Syrie qu'elle avait la responsabilité « d'assurer et de maintenir la sécurité des ambassades étrangères et, en l'occurrence, de l'ambassade américaine », a-t-il ajouté.

Faisant écho à la déclaration forte de la secrétaire d'État Hillary Rodham Clinton, M. Carney a déclaré que le président syrien Bachar al-Assad n'était « pas indispensable » et qu'il avait « perdu toute légitimité ».

S'exprimant lors d'une conférence de presse commune lundi avec la commissaire de l'UE à la politique étrangère Catherine Ashton, Mme Clinton avait déclaré que M. al-Assad avait « perdu sa légitimité. Notre but est de veiller à ce que la volonté de transformation démocratique du peuple syrien se réalise ».

Des centaines de manifestants syriens ont pris d'assaut lundi l'ambassade américaine à Damas, certains d'entre eux ont pu grimper jusqu'au toit, brisant plusieurs fenêtres et détruisant plusieurs caméras de sécurité. Des fruits et des légumes, entre autres choses, ont été lancés sur le bâtiment.

La résidence de l'ambassadeur américain et l'ambassade française à Damas ont également subi les assauts de manifestants syriens en colère, mais aucun dégât majeur n'a été signalé.

De son côté, l'ambassadeur syrien à l'ONU Bachar Jafari a accusé mardi les États-Unis et la France de déformer et d'exagérer les faits sur ces agressions contre leurs ambassades à Damas.

En réponse à un communiqué publié mardi par le Conseil de sécurité de l'ONU pour condamner « dans les termes les plus vifs » ces attaques contre les ambassades américaine et française, M. Jafari a déclaré que la Syrie s'efforçait de protéger les ambassades, ajoutant que certains manifestants avaient été arrêtés et seraient poursuivis en justice.

À Damas, le ministère syrien des Affaires étrangères a dénoncé les « incitations » de Mme Clinton à agir contre le gouvernement syrien et l'ingérence des États-Unis dans les affaires intérieures de la Syrie.

Des manifestations contre le gouvernement ont éclaté en Syrie à la mi-mars, et le gouvernement a attribué ces troubles à une « conspiration étrangère ». Les États-Unis ont adopté des sanctions ciblées contre le président syrien Bachar al-Assad et son cercle intérieur suite à la répression de ces manifestations.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Maintenir la stabilité des prix à la consommation représente une des premières priorités, PM
La Chine reconnaît l'indépendance du Sud-Soudan
Les Etats-Unis « ne prendront pas parti » en Mer de Chine Méridionale
L'exploitation commune est le premier choix stratégique pour la Chine et le Vietnam sur le problème de la Mer de Chine méridionale
China Mobile accentue la pression sur Unicom