Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 13.07.2011 08h37
La chancelière allemande entame une visite au Kenya

La chancelière allemande, Angela Merkel, est arrivée au Kenya lundi matin pour effectuer une visite officielle de deux jours dans le pays.

Pendant la visite, la chancelière allemande devrait s'entretenir avec le président Mwai Kibaki et le Premier ministre Raila Odinga.

Elle participera également à la conférence sur le commerce germano-kenyan et visitera le Programme des Nations Unis pour le développement (PNUE) et l'Institut international de recherche sur l'élevage (IIRE), où les scientifiques allemands travaillent depuis des décennies sur l'utilisation des animaux pour soulager la pauvreté.

La dirigeante allemande effectue sa deuxième tournée en Afrique depuis son accession au poste de chancelier en 2005. Le Kenya est la première étape de sa tournée dans trois pays africains, qui la conduira également en Angola et au Nigeria.

L'ambassadeur d'Allemagne Margit Hellwig-Boette a indiqué lundi que la chancelière avait choisi le Kenya comme première étape de sa visite dans trois pays en raison de son rôle stratégique dans le rétablissement de la stabilité politique et économique dans la région. "La visite de la chancelière est un signe de reconnaissance du rôle joué par le pays dans le développement politique et économique de la région", a indiqué l'ambassadeur.

Mme Merkel restera au Kenya jusqu'à mardi, jour de son départ pour l'Angola, la deuxième étape de sa tournée. Elle se rendra ensuite au Nigeria au troisième jour de sa visite.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Maintenir la stabilité des prix à la consommation représente une des premières priorités, PM
La Chine reconnaît l'indépendance du Sud-Soudan
Les Etats-Unis « ne prendront pas parti » en Mer de Chine Méridionale
L'exploitation commune est le premier choix stratégique pour la Chine et le Vietnam sur le problème de la Mer de Chine méridionale
China Mobile accentue la pression sur Unicom