Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 11.07.2011 13h16
Obama et de hauts législateurs américains poursuivront lundi leurs négociations sur le plafond de la dette

Le président américain Barack Obama et un groupe de hauts législateurs doivent se rencontrer de nouveau lundi pour poursuivre leurs négociations sur l'augmentation du plafond de la dette et la réduction du déficit, afin d'éviter une crise de défaut de la dette.

Avec pour date limite le 2 août, M. Obama a accueilli dimanche les dirigeants du Congrès pour la troisième fois à la Maison Blanche, en vue de négocier le sujet largement contrôlé, mais aucun accord n'a été encore conclu.

Le département du Trésor américain a averti que le gouvernement fédéral était en danger de défaut sur ses obligations financières si le Congrès ne relevait pas le plafond de la dette ou la limite d'emprunt du gouvernement.

La limite d'emprunt, actuellement à 14 290 milliards de dollars américains, a été établie le 16 mai 2011. Le département du Trésor a indiqué que le pays aurait un budget déficitaire si un accord n'était pas conclu pour augmenter ce montant d'ici le 2 août.

Des législateurs républicains du Congrès ont refusé de discuter d'un accord sur la réduction de la dette comprenant une hausse des taxes, tandis que des législateurs démocrates ont rejeté tout accord basé uniquement sur une réduction des dépenses.

M. Obama a indiqué que le défi de la dette critique devait être relevé, mais que cela devait être fait "de manière équilibrée".

Il a proposé un accord sur la réduction du déficit de 4 000 milliards de dollars américains, comprenant une hausse de certaines taxes pour augmenter les revenus, et la réduction des dépenses sur des programmes sociaux. Cependant, le président de la Chambre des représentants, John Boehner, a rejeté samedi cet accord, insistant sur la non augmentation des taxes pour tous les Américains, y compris les plus riches. Il a indiqué à M. Obama qu'il poursuivrait seulement un projet plus petit, ayant un coût de 2 000 milliards de dollars.

Des économistes ont averti que le défaut de dette américain aurait des répercussions sur l'ensemble du monde.

M. Obama a indiqué samedi que bien qu'un fossé profond restait entre les deux parties, elles ont cependant toutes deux reconnues "nous ne pouvons pas simplement supporter le défaut sur nos obligations nationales pour la première fois dans notre histoire".

Sur la question de savoir si les deux parties pourront aboutir à un accord au cours des 10 prochains jours, pour empêcher la plus grande économie du monde de connaître un défaut sur ses obligations de dette, M. Obama a répondu dimanche : "Nous avons besoin d'agir".

Des analystes estiment que les négociateurs des deux parties ont voulu démontrer qu'ils étaient prêts à combattre jusqu'à la dernière minute.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
La Chine mettra en place son système de médecins généralistes avant 2020
Xi Jinping appelle à des communications régulières avec les partis européens
China Mobile accentue la pression sur Unicom
Les compagnies aériennes prêtes à affronter la menace du train à grande vitesse
Comment résoudre le problème de la Mer de Chine Méridionale