Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>InternationalMise à jour 04.07.2011 15h40
Hillary Clinton appelle le gouvernement libanais à assumer ses obligations vis-à-vis de l'affaire Hariri

La secrétaire d'Etat américaine, Hillary Clinton, a félicité vendredi le tribunal spécial de l'ONU sur le Liban pour avoir remis son acte d'accusation concernant l'assassinat de l'ancien Premier ministre libanais Rafik Hariri, et elle a appelé le gouvernement libanais à assumer ses obligations en vertu du droit international.

"Les Etats-Unis félicitent le tribunal spécial pour son travail ardu qui a permis d'arriver à cette importante étape", a déclaré Mme Clinton dans un communiqué publié par le département d'Etat, faisant référence à l'acte d'accusation que le tribunal a remis jeudi au procureur d'Etat libanais Saïd Mirza, et aux mandats d'arrêt qui ont été lancés contre quatre individus soupçonnés d'être impliqués dans l'assassinat de Hariri.

Selon les médias libanais, les mandats d'arrêt ont été délivrés à l'encontre des membres haut placés du mouvement chiite du Hezbollah pour leur implication dans l'attentat à la bombe perpétré à Beyrouth, le 14 février 2005, qui a coûté la vie à M. Hariri et à 22 autres personnes.

Considérant cette avancée comme étant "un jalon important" sur la voie qui doit aboutir à faire triompher "la justice" et à marquer la "fin de la période d'impunité pour les violences politiques au Liban", Mme Clinton a appelé le gouvernement libanais à "continuer à honorer ses obligations en vertu du droit international pour soutenir le tribunal spécial".

"C'est une chance pour le Liban de tourner le dos à sa longue histoire de violence politique et de parvenir à l'avenir de paix et de stabilité auquel aspire le peuple libanais", a-t-elle renchéri.

Le tribunal spécial a été créé à la Haye en 2009 conformément à une résolution de l'ONU, avec le soutien politique et financier des Etats-Unis. En janvier dernier, le Hezbollah a provoqué la chute du gouvernement dirigé par Saad Hariri, fils de Rafik Hariri, en le mettant en cause sur la question de ce qu'il a appelé un tribunal "politisé".

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Départ des deux premiers trains commerciaux à grande vitesse sur la ligne Beijing-Shanghai
Les dirigeants chinois assistent au gala de commémoration du 90e anniversaire du PCC
Quel est le mode de démocratie promu par le Partie communiste chinois ?
Une nouvelle ère dans les relations Chine-Europe
Le FMI doit maintenant passer de la parole aux actes